Récit de Sentier de Florian

L’atelier de Design Urbain a pour but de réaliser des sentiers métropolitains. Pour répondre à cette demande, mon groupe couvre la zone de Belledonne. Mes collègues de travail m’ont précisé que le sentier passait au niveau de la route de Plâtre, longeait la réserve naturelle de Haute Jarrie, traversait la forêt communale de Jarrie pour redescendre en direction d’Échirolles. Le tracé doit se terminer à la Grand’Place, où se trouve le centre commercial.

J’arrive à Haut-Jarrie le dimanche 14 octobre en début d’après-midi. Et là, étonnement : la réserve naturelle est à proximité même des maisons. En effet, cet espace est morcelé, pris en étau entre la route départementale, les habitations, et les terres agricoles. Malgré tout, à ma gauche, j’ai une vue magnifique sur le massif du Vercors qui surplombe l’horizon. Je décide de pénétrer cet écrin de verdure sauvage. Je reconnais les roseaux et les saules pleureurs. J’apprécie la diversité de formes, d’éléments et de textures qu’on peut voir dans ces zones humides.

Je vais ensuite à l’observatoire à oiseaux, construit en lisière de l’étang. À travers les fentes horizontales, je cherche désespérément les espèces qui étaient indiquées sur le panneau à l’entrée. Où es-tu, héron pourpré, bécassine des marais, ou encore Guifette Moustac ? Seuls une poule d’eau et deux canards colverts se prélassent au milieu du plan d’eau. Je continue ma route. Je passe devant un troupeau de vaches qui semblent me dévisager. Après quelques minutes de marches, que vois-je ? Deux pylônes à haute tension à environ deux cents mètres de la réserve. Les animaux sauvages doivent apprécier le grésillement des champs électromagnétiques émis par ces monstres de métal et de cuivre. De ce constat, une question me vient à l’esprit : au vu de la situation géographique, cette réserve n’a-t-elle pas été créée avant tout pour le développement touristique du territoire plutôt que pour la sauvegarde des espèces ? Mais au fond, ai-je les compétences requises pour donner un avis sur la protection de la faune et de la flore ? 

Je me dirige enfin vers la forêt communale de Jarrie, également appelée la forêt des Frettes. Le sentier est balisé et accessible. Très fréquenté en ce dimanche après-midi par les familles, je décide de suivre un autre chemin, plus calme, un tracé qui me mènerait à l’introspection. Très vite, je me rends compte que je n’arrive pas à faire ce travail introspectif, car j’ai trop peur de me confronter à la médiocrité de mon existence. Cependant, je suis plus attentif aux sonorités qui m’entourent. Le silence aiguise les perceptions sensorielles. À plusieurs reprises, je crois entendre des gerbilles ou des écureuils se déplacer au pied des arbres. J’écoute les châtaignes s’écraser sur le tapis de feuilles mortes. Pour le citoyen des villes que je suis, ce genre d’occasion est rare.

Après trente minutes de marche silencieuse, le bruit de la ville se fait progressivement entendre. La pente devient de plus en plus raide. Je le sens. Je m’approche tout doucement d’Échirolles. Je passe devant un atelier improvisé de construction de cabane, faisant ressurgir en moi des souvenirs d’enfance. Soudain, les semelles de mes chaussures touchent de nouveau le bitume : me voici entré dans la ville. Un nouveau point de vue s’offre à moi, où, au centre, trône fièrement une tour d’habitation d’une quinzaine d’étages (voir photo). Elle est sublime comparée à la laideur des maisons individuelles. Je hais les maisons individuelles : leurs crépis, leurs toitures, leurs volumétries. Je déteste tout ce qu’elles représentent dans l’imaginaire collectif : l’ascension sociale, la propriété privée, la réussite. 

Je décide de retourner à Haute-Jarrie dans l’espoir de voir l’usine chimique et ces enchevêtrements de tuyaux. Il est 17h30, le léger ombrage des feuillus laisse passer les rayons du soleil, permettant de maintenir une douce fraîcheur et une agréable luminosité. Je tempère mon effort. Je me laisse porter dans l’exercice de la contemplation. Je me mets à rêver d’une nature sauvage reprenant ses droits, occupant à nouveau ses espaces aujourd’hui urbanisés. 

Je m’approche de nouveau de l’étang. Petit à petit, une silhouette se dessine sur un des bords du sentier. Je vois un animal à la robe grise : c’est un blaireau ! Inerte, il gît sur le sol caillouteux, la langue pendante.

L’homme emporte tout sur son passage, mais la nature renferme-t-elle une force vengeresse ?

Nous, citoyens des villes, 
Sommes soumis à un vacarme incessant
Laissant peu de répit à nos fragiles tympans

Récit de sentier réalisé par Petrel Lucas, Étudiant en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Charlotte Méret Alexandra Czernekova (4 février 2022). Récit de Sentier de Florian. Chemins urbains. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mpln


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search