Récit de Sentier de Florian

L’atelier de Design Urbain a pour but de réaliser des sentiers métropolitains. Pour répondre à cette demande, mon groupe couvre la zone de Belledonne. Mes collègues de travail m’ont précisé que le sentier passait au niveau de la route de Plâtre, longeait la réserve naturelle de Haute Jarrie, traversait la forêt communale de Jarrie pour redescendre en direction d’Échirolles. Le tracé doit se terminer à la Grand’Place, où se trouve le centre commercial.

J’arrive à Haut-Jarrie le dimanche 14 octobre en début d’après-midi. Et là, étonnement : la réserve naturelle est à proximité même des maisons. En effet, cet espace est morcelé, pris en étau entre la route départementale, les habitations, et les terres agricoles. Malgré tout, à ma gauche, j’ai une vue magnifique sur le massif du Vercors qui surplombe l’horizon. Je décide de pénétrer cet écrin de verdure sauvage. Je reconnais les roseaux et les saules pleureurs. J’apprécie la diversité de formes, d’éléments et de textures qu’on peut voir dans ces zones humides.

Je vais ensuite à l’observatoire à oiseaux, construit en lisière de l’étang. À travers les fentes horizontales, je cherche désespérément les espèces qui étaient indiquées sur le panneau à l’entrée. Où es-tu, héron pourpré, bécassine des marais, ou encore Guifette Moustac ? Seuls une poule d’eau et deux canards colverts se prélassent au milieu du plan d’eau. Je continue ma route. Je passe devant un troupeau de vaches qui semblent me dévisager. Après quelques minutes de marches, que vois-je ? Deux pylônes à haute tension à environ deux cents mètres de la réserve. Les animaux sauvages doivent apprécier le grésillement des champs électromagnétiques émis par ces monstres de métal et de cuivre. De ce constat, une question me vient à l’esprit : au vu de la situation géographique, cette réserve n’a-t-elle pas été créée avant tout pour le développement touristique du territoire plutôt que pour la sauvegarde des espèces ? Mais au fond, ai-je les compétences requises pour donner un avis sur la protection de la faune et de la flore ? 

Je me dirige enfin vers la forêt communale de Jarrie, également appelée la forêt des Frettes. Le sentier est balisé et accessible. Très fréquenté en ce dimanche après-midi par les familles, je décide de suivre un autre chemin, plus calme, un tracé qui me mènerait à l’introspection. Très vite, je me rends compte que je n’arrive pas à faire ce travail introspectif, car j’ai trop peur de me confronter à la médiocrité de mon existence. Cependant, je suis plus attentif aux sonorités qui m’entourent. Le silence aiguise les perceptions sensorielles. À plusieurs reprises, je crois entendre des gerbilles ou des écureuils se déplacer au pied des arbres. J’écoute les châtaignes s’écraser sur le tapis de feuilles mortes. Pour le citoyen des villes que je suis, ce genre d’occasion est rare.

Après trente minutes de marche silencieuse, le bruit de la ville se fait progressivement entendre. La pente devient de plus en plus raide. Je le sens. Je m’approche tout doucement d’Échirolles. Je passe devant un atelier improvisé de construction de cabane, faisant ressurgir en moi des souvenirs d’enfance. Soudain, les semelles de mes chaussures touchent de nouveau le bitume : me voici entré dans la ville. Un nouveau point de vue s’offre à moi, où, au centre, trône fièrement une tour d’habitation d’une quinzaine d’étages (voir photo). Elle est sublime comparée à la laideur des maisons individuelles. Je hais les maisons individuelles : leurs crépis, leurs toitures, leurs volumétries. Je déteste tout ce qu’elles représentent dans l’imaginaire collectif : l’ascension sociale, la propriété privée, la réussite. 

Je décide de retourner à Haute-Jarrie dans l’espoir de voir l’usine chimique et ces enchevêtrements de tuyaux. Il est 17h30, le léger ombrage des feuillus laisse passer les rayons du soleil, permettant de maintenir une douce fraîcheur et une agréable luminosité. Je tempère mon effort. Je me laisse porter dans l’exercice de la contemplation. Je me mets à rêver d’une nature sauvage reprenant ses droits, occupant à nouveau ses espaces aujourd’hui urbanisés. 

Je m’approche de nouveau de l’étang. Petit à petit, une silhouette se dessine sur un des bords du sentier. Je vois un animal à la robe grise : c’est un blaireau ! Inerte, il gît sur le sol caillouteux, la langue pendante.

L’homme emporte tout sur son passage, mais la nature renferme-t-elle une force vengeresse ?

Nous, citoyens des villes, 
Sommes soumis à un vacarme incessant
Laissant peu de répit à nos fragiles tympans

Récit de sentier réalisé par Petrel Lucas, Étudiant en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.

Récit de sentier de Youna

Dans le cadre du projet sentier métropolitain, je fais partie du groupe Vercors avec Sarah et Arnaud. Nous avons choisi de faire deux journées de marche : le jeudi après-midi dans Grenoble, pour la partie urbaine ; et le vendredi sur les sentiers du Vercors.

Jeudi : premier jour de marche. Nous partons des bords de l’Isère et avons pour but de rejoindre les berges du Drac en passant par différents lieux. Nous n’avions pas spécialement choisi à l’avance ces lieux et décidons d’arpenter les rues de Grenoble en ayant en tête quelques lieux qui peuvent être intéressants. Le GR9 propose d’ailleurs un itinéraire entre notre point de départ et d’arrivée mais nous souhaitons en proposer une alternative. 

Nous passons par la place du Doyen-Gosse et sa basilique du Sacré Coeur, la place de la Gare, puis la place et le square Saint-Bruno avec son église et son marché qui se terminait. Nous traversons ensuite le parc Marliave. Ce parc et ses alentours sont marqués par de nombreuses œuvres d’art et fresques de street art : nous trouvons que certaines sont particulièrement bien réussies. Puis nous passons par le quartier de Bouchayer-Viallet pour arriver au pont du Drac.

Tout au long de notre marche, nous constatons avoir un point de vue régulier sur les massifs, ce qui est profitable et qui nous semble important. Sur le retour, nous prenons exactement le même itinéraire qu’à l’aller. 

Nous nous arrêtons au parc Marliave pour manger, où nous sommes accompagnés par de nombreux pigeons. Même si ce parc est en ville, il est assez silencieux et agréable de s’y poser quelques instants. Puis petit arrêt à la basilique du Sacré Coeur. Je suis plutôt surprise par son architecture intérieure, plutôt moderne avec sa pierre blanche, et avec une ambiance moins froide et plus lumineuse que dans les bâtiments religieux que l’on peut avoir l’habitude de voir. Elle est assez simple, il y a très peu de sculptures, de décorations et son plafond n’est pas en voûte.

La Basilique du Sacré Cœur

Comparé au GR9, notre itinéraire propose une alternative certes moins directe, mais qui évite la ligne de tramway et la circulation urbaine en proposant des arrêts sur des places et dans des parcs qui permettront de garder un contact avec la nature et la végétation de nos sentiers empruntés dans le Vercors.

Vendredi : deuxième jour de marche. Nous décidons de partir tôt, rendez-vous à 8h. À 8h30, nous entamons notre randonnée : notre point de départ est le parc Karl Marx à Seyssinet-Pariset. En réalité, nous ne sommes pas vraiment partis à cette heure-là… Nous avons eu quelques difficultés à trouver le départ du sentier. Au bout de 15-20 minutes, après avoir fait, je pense, deux fois le tour du parc et être même sortis du parc et partis en direction de la déchetterie (ce qui nous a semblé bizarre), nous avons enfin trouvé le sentier pour commencer notre marche vers la Tour Sans Venin. Nous avons pour objectif de passer par différents lieux intéressants tout en passant par des sentiers agréables et praticables proposant des points de vue sur la ville et les massifs. Contrairement à la veille, nous avions déjà choisi quelques lieux où passer et s’arrêter. 

Le début de la montée se fait au travers de la forêt des Vouillants entre sentiers de terre et de pierres. Les bruits de la ville, de la circulation, et de la vie urbaine sont de plus en plus lointains et laissent place à une atmosphère plus agréable : du silence, quelques chants d’oiseaux, ainsi que nos conversations et nos rires. 

Les sentiers nous offrent de très beaux panoramas sur la ville, ainsi que sur Belledonne et la Chartreuse, d’où l’on voit même certaines hauteurs enneigées. Le sentier commence à être plus raide, puis nous nous engageons sur un faux plat. Je fais part au groupe de mon impression sur la suite du sentier, je pense que la montée va être progressive. Je suis donc désignée comme « l’optimiste » du groupe ! Ils n’ont pas forcément bien choisi ce qualificatif puisque quelques pas plus tard, la montée était plutôt escarpée et pentue.

Pour atteindre notre première étape, la ferme Froussard, deux itinéraires possibles : le trail 2 ou 3. Après quelques hésitations, nous sommes motivés et optons pour le trail 3. La montée est donc assez abrupte, mais à l’arrivée, nous sommes plutôt surpris. Nous atteignons une intersection et en cherchant sur les différents panneaux, la ferme n’est plus indiquée. Sur notre gauche, nous voyons des ruines et on comprend donc que c’est la ferme Froussard. Je m’attendais plutôt à une ferme en tant que bâtiment où il y a de l’activité, mais ce n’était absolument pas le cas.

Suite de notre marche vers le désert Jean-Jacques Rousseau. Le sentier redescend légèrement, comme un faux plat. Nous pensons alors au fait qu’il faudra reprendre la montée vers la Tour Sans Venin, on se demande donc si nous ne nous sommes pas trompés. Après avoir vu d’autres panneaux nous confirmant être sur le bon chemin, nous arrivons finalement au désert Jean-Jacques Rousseau. C’est sûrement un des endroits que j’ai le plus apprécié, qui est dépaysant avec ses falaises et petites grottes. C’est un lieu très agréable, silencieux et reposant. 

La montée s’est ensuite poursuivie par des sentiers similaires, vers la Tour Sans Venin. Peu avant d’y arriver, le sentier se finit et le chemin doit se poursuivre par la route. Elle n’est pas trop passante, mais un peu dangereuse, ce qui crée un contraste avec les sentiers pris précédemment, ce qui est un peu frustrant. Nous arrivons donc à notre destination, le lieu nous offre un superbe panorama sur la ville, la vallée et les massifs. Nous sommes tout de même surpris et déçus par une tour d’opérateur située juste à côté qui est largement plus visible, car plus grande que la Tour Sans Venin. La pause que nous prenons là-bas pour manger et souffler reste malgré tout très agréable avec cette vue, le calme, et un grand soleil.

La descente, toujours entre discussions et rires, est plus rapide. Nous avons choisi de faire une boucle et donc de prendre un autre itinéraire que celui par lequel nous sommes arrivés. Sur ce retour, nous croisons des classes d’écoles primaires. Globalement, nous avons croisé peu d’autres personnes tout au long de la marche. En reprenant un sentier pris à l’aller, je me rends plus compte de ce que nous avions monté un peu plus tôt ! Sur ce retour, en repassant à un endroit avec un point de vue sur la ville de Fontaine, j’ai ressenti une sensation assez bizarre, presque désagréable, d’entendre à nouveau les bruits de la ville, de la circulation…

Pour rejoindre le pont du Drac depuis le parc Karl Marx afin de connecter nos deux itinéraires, nous empruntons une route arborée. Celle-ci crée une continuité et un lien entre le parc Karl Marx et les sentiers empruntés avec les parcs dans lesquels nous passons dans la partie plus urbaine de notre randonnée. Je trouve que cela crée une transition progressive entre le Vercors et la ville, cette route permet de nous amener doucement vers la ville et de quitter peu à peu la nature.

La Tour Sans Venin

Récit de sentier réalisé par Onno Youna, Étudiante en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.

Récit de sentier de Sarah

Notre (Youna, Arnaud et moi-même) journée de randonnée dans le massif du Vercors débute dans le parc Karl Marx, à Seyssinet-Pariset. Nous avons pour point d’arrivée la Tour sans Venin, et comme objectif de trouver un sentier agréable pour y accéder. C’est ainsi que nous partons aux alentours de 8H30 pour remplir cet objectif. 

Le Parc Karl Marx

Dès le début, nous rencontrons une difficulté à trouver le point de départ de cette randonnée puisque aucune indication n’est présente dans le parc concernant le début de cette dernière, alors même que le GR9 passe par ce parc pour rejoindre, entre autres, la Tour sans Venin. Après 15-20 minutes de recherches et avoir fait trois fois le tour du parc, nous réussissons à trouver un sentier de départ et à sortir du parc en direction de la Ferme Froussard, notre premier repère au cours de cette randonnée.  Nous montons ainsi en altitude grâce à des sentiers très agréables nous offrant des points de vue sur Seyssinet-Pariset, Grenoble plus loin, et un splendide panorama sur la Chartreuse et la Bastille qui domine Grenoble. Au fur et à mesure que nous avancions et que nous prenions de l’altitude, les bruits urbains du trafic, des travaux, etc… s’estompaient au profit des chants des oiseaux, du vent dans les arbres, de nos simples pas et de nos rires. La balade devient ainsi pour ma part plus plaisante avec une proximité plus grande avec la nature. 

Nos discussions et nos recherches de sentiers toujours plus agréables et facilement praticables s’enchaînent. Nous arrivons de cette manière à notre premier repère dans le Vercors, la Ferme Froussard, après un peu moins d’1h30 de marche. Nous découvrons avec surprise les ruines d’une ancienne ferme sur un vaste espace de verdure : la halte est brève. Après réflexion sur quel sentier emprunter, nous repartons dans la forêt des bois Vouillants sous un soleil réchauffant.  Durant notre marche, nous rencontrons que très peu de personnes venues pour se balader ou découvrir le Vercors. À l’exception de personnes retraitées, de coureurs ou vététistes venant en quête de défis sportifs, et enfin d’une école primaire, la sensation d’être seul(e)s se fait ressentir. Ce qui n’est pas désagréable en sortant de la ville !

La Ferme Froussard

10H19, nous entrons dans notre nouveau repère à savoir le désert Jean-Jacques Rousseau. Ce dernier nous offre, à mon avis, le plus bel espace naturel de notre randonnée. Il nous offre effectivement la possibilité de marcher entre deux falaises sur lesquelles des filets d’eau ruissellent et laissent entendre des bruits très agréables. De plus, l’immensité des arbres, les petites grottes et la vue de quelques écureuils m’ont plongé dans un cadre naturel flamboyant et très reposant. Le passage par ce désert Jean-Jacques Rousseau est pour moi inéluctable au cours dans ce sentier métropolitain.  Une fois sortis du désert, nous continuons notre randonnée direction cette fois-ci notre objectif final : la Tour sans Venin. Nous observons à nouveau des points de vue sur la ville et empruntons des chemins pentus, mais très agréables, au vu du cadre naturel. 

Le désert Jean Jacques Rousseau

C’est en fin de matinée, un peu avant les 11H30 et après 3h de marche que nous atteignons notre objectif et point de départ de notre randonnée, la Tour sans Venin. Cette ruine, bien cachée derrière les arbres et impossible à voir avant d’y être devant fait face à un panorama resplendissant sur la ville de Grenoble et ses alentours dont les massifs de la Chartreuse et Belledonne. Envoyer une photo de cette vue à la classe était d’ailleurs une évidence. Malgré la beauté et l’immensité du paysage qui s’offre à nous, je suis déçue en observant la brume formant un nuage de pollution sur la « cuvette » qu’est la ville de Grenoble. L’anthropisation de l’Homme propose un paysage urbain relativement attirant, mais son empreinte est à nuancer au vu des dommages provoqués sur la nature première. De plus, ce site de la Tour sans Venin me laisse dubitative puisqu’une antenne parabolique se trouve à environ 200m de la tour. Une question m’est alors venue : pourquoi implanter cette antenne à cet endroit précis alors que le site est historique et offre une vue sublime ? Lorsque toute personne observe la vue et tourne la tête, il voit directement un pylône rempli de paraboles, ce qui pour moi est très décevant. Cependant ce site reste tout de même remarquable et est un point de départ très symbolique pour notre randonnée. Nous apprécions ainsi la vue sur les montagnes aux sommets enneigés et le soleil de midi. Nous en profitons ainsi pour faire une pause à la suite de nos 10km de montée : c’est une halte reposante.  

La Tour Sans Venin

Nous repartons de cette parenthèse relaxante pour retrouver le parc Karl Marx d’où nous sommes partis en empruntant un chemin différent, mais qui nous paraît également agréable au regard des points de vue qu’il offre sur la ville. En revanche, ce dernier ne passe pas par le désert Jean-Jacques Rousseau. Il s’agirait alors d’un second itinéraire plus adapté aux personnes souhaitant être en quête de défis sportifs plus qu’en simple randonnée pédestre dans le Vercors. Nous avions préalablement trouvé le sentier côté ville la veille. Le nombre de personnes rencontrées est inéluctablement plus élevé, notamment dans les parcs où j’ai eu le malheur de déranger une dame en train de se brosser les dents pendant la prise d’une photo. Durant le trajet effectué dans la ville de Grenoble, nous avons repéré plusieurs sites remarquables et inéluctables à notre sentier métropolitain. Parmi eux nous pouvons noter le parc Marliave, mais également deux édifices religieux, dont la basilique du Sacré Cœur qui m’a surprise par son intérieur très moderne. Un lien peut se faire avec notre sentier dans le Vercors puisque depuis chaque rue traversée nous apercevons les trois massifs entourant Grenoble, ce qui m’a paru incroyable au vu de notre localisation en pleine ville. De plus, nous traversons des parcs relativement calmes (outre les bruits des travaux à proximité) et où notre déjeuner fût d’ailleurs partagé avec les pigeons. La proximité avec la nature était donc très présente. 

Ainsi, ces journées furent très enrichissantes autant pour notre projet que pour moi-même. Dans un cadre plus personnel, j’ai l’envie grandissante de retourner explorer des sentiers dans les massifs entourant la ville de Grenoble. Quant à notre projet, nous savons dorénavant par quels chemins passer pour réaliser notre sentier métropolitain, et sur quels points nous devons l’améliorer.

Récit de sentier réalisé par Moulin Sarah, Étudiante en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.

Récit de sentier de Victoria

Dans le cadre de ma première année de master en design urbain, je réalise un travail en atelier abordant la thématique des sentiers métropolitains. Mon groupe est constitué d’Emma, Lucas et moi-même. Nous sommes chargés d’expérimenter la réalisation d’un sentier métropolitain au sein de la métropole grenobloise et le périmètre que nous couvrons se situe au sud de cette dernière, aux abords du Drac. Le Drac est un affluent de l’Isère qui traverse les communes situées au sud de l’agglomération, puis il poursuit sa trajectoire en arrivant à Grenoble, qu’il traverse du sud au nord, jusqu’à la confluence avec l’Isère. 

Afin d’appréhender le territoire dans lequel s’inscrit le projet, nous avons effectué trois sessions de marche lors desquelles nous étions attentifs aux cheminements informels, aux divers points de vue urbains et naturels, et à la diversité des ambiances traversées. 

Nous avons effectué notre première promenade l’après-midi du mercredi 6 octobre, sous un temps pluvieux. Notre périple a débuté dans la commune de Pont-de-Claix, non loin du pont reliant Échirolles à la commune précitée.

Après nos premiers pas, nous arrivions au début d’un sentier longeant les abords du Drac. Le tronçon principal était agrémenté de fins tracés informels rejoignant les berges dudit cours d’eau. Ces derniers étaient évocateurs des activités de baignade qui se tiennent en saison estivale. 

Le sentier était parsemé de points d’eau divers, tant en nombre qu’en apparence. Zones marécageuses, flaques, ruisseaux, et débit presque torrentiel se succèdent et donnent à notre déambulation des tonalités plurielles faisant ainsi varier les ambiances sonores : c’en était presque dépaysant. J’ai trouvé que cette diversité de tableaux et ambiances offre une grande potentialité de ressourcement et de fantaisie, tout en étant étonnamment proche d’une agglomération, proximité rappelée par l’omniprésence du bruit de la circulation routière. J’ai également été interpellée par la forte présence d’activités anthropiques sur ce territoire s’inscrivant dans le règlement de la réserve naturelle. En effet, bon nombre de pylônes électriques, champs de captage (sources de Rochefort), et écluses jonchent ce territoire à l’allure sauvage. À un moment donné, nous empruntions un des cheminements informels afin de nous rapprocher des abords du Drac, et découvrons un impressionnant point de vue situé entre deux étroits bras de fleuve. 

Pour terminer cette première sortie sur le terrain, nous avons longé les carrières situées dans la commune de Varces, puis pris le bus pour rejoindre la station de tramway “L’Étoile” afin de rejoindre Grenoble. 

Notre seconde session de marche se tint la matinée du vendredi 8 octobre, et le soleil était cette fois de la partie. Le projet était le suivant : traverser le territoire d’ouest en est, en partant de la commune de Varces pour rejoindre les berges du Drac. 

Avant d’entamer ce parcours, nous avions une vague idée du tracé que nous allions emprunter, mais avons rencontré quelques obstacles imprévus. Nous avons commencé à marcher dans la commune de Varces et sommes très vite arrivés dans une zone couverte de champs, destinée à des activités rurales. La somme de poteaux électriques présente sur notre périmètre de vision nous interpella tous les trois autant, si bien que nous nous en servions certaines fois pour nous repérer et situer les lieux que nous avions déjà explorés lors de notre première session de marche. 

Il nous arrivait aussi d’avoir le nez en l’air dans le but de repérer des formes issues du croisement de certains câbles électriques, formes qui prenaient souvent l’apparence de damier et me faisaient songer aux parties d’échecs que je faisais en famille. Après environ 35 minutes de marche, nous tombons sur une ferme aromatique ouverte au public et atteignons dans la foulée Fontagneux : hameau à l’allure bucolique avec ses habitations en pierre, ses fenêtres aux carreaux traditionnels, ses nombreux jardins potagers et sa chapelle. L’atmosphère y était paisible et propice à la méditation. Après avoir traversé ce pâté d’habitations, nous nous sommes rapidement retrouvés en milieu forestier et le dénivelé s’est accentué. Nous décidions de nous aventurer sur des parcelles privatives, mais nous avions parfois du mal à trouver une issue parmi les ronces et les barbelés. Tout de même, nous finissons par atteindre notre but : le sommet de la colline longeant le Drac. Ce lieu nous offre une vue panoramique et dégagée sur tout le paysage alentour : le sud de l’agglomération grenobloise, les sommets enneigés de la chaîne de Belledonne ainsi que sur le Vercors et la Chartreuse, les communes de Claix, de Pont-de-Claix et de Varces. Cependant, nous étions un peu frustrés de ne pas avoir de point de vue sur le Drac que nous distinguions tout juste à travers les branchages de la forêt située en contrebas. Néanmoins, il s’agit d’un endroit remarquable que nous pensons insérer dans notre proposition de tracé métropolitain. Suite à notre courte pause au sommet de cette colline, nous rebroussons chemin et empruntons quasiment le même parcours qu’à l’aller pour le retour. 

Lors de notre troisième session de marche, le mercredi 13 octobre, nous nous sommes rendus à la station “L’Étoile” située au terminus du tramway A pour débuter notre parcours. Notre point de départ était la station précitée, et le but était de trouver un itinéraire nous permettant de rejoindre le sud de l’agglomération grenobloise au point de départ du parcours de la première session de marche ; à savoir la mairie de Pont-de-Claix. Pour ce faire, nous avons décidé d’emprunter un sentier longeant le canal des Cent Vingt Toises en direction du sud.

Avant de découvrir les lieux, nous appréhendions la monotonie de ce parcours de par la linéarité de l’infrastructure, mais nous avons finalement été agréablement surpris de découvrir la diversité d’aménités présentes en son sein. Ainsi, nous sommes passés à côté de terrains en friche laissant quartier libre à la végétation, de jardins partagés, de résidences et de parcs offrant une pluralité de paysages. Il nous est fréquemment arrivé de nous arrêter pour observer plantations et cucurbitacées en tout genre. 

En arrivant à hauteur de la rocade de l’A480, nous décidons de la traverser en empruntant le pont qui la surplombe afin de rejoindre les abords du Drac. En traversant, le son était si fort qu’il me semblait ressentir les vibrations des véhicules qui passaient dessous. Cette étape effectuée, nous atteignons la berge Est du Drac et commençons à entendre le bruit du cours d’eau, mais nous ne le distinguons pas encore. Peu à peu, le son de l’eau prit le pas sur celui de la route et le Drac finit par apparaître à travers écorces et feuillages. J’ai beaucoup aimé cette partie de la balade, car elle comportait de nombreux détails que j’ai trouvé plaisants : nous avons croisé un abri de fortune, de nombreuses espèces végétales, un message tagué sur le sol et finissons avec une vue sur le vieux pont de Claix que nous traversons par la suite. La traversée du pont de Claix nous révèle de magnifiques panoramas sur le Drac et marque la fin de cette dernière session de marche destinée à découvrir notre terrain d’investigations. 

En me faisant une petite rétrospective, j’ai grandement apprécié ces parenthèses en dehors de l’urbain dense ; et, n’étant installée dans la région que depuis tout juste un mois, ces sorties m’ont permis de découvrir les alentours de Grenoble et de me donner des idées de futures sorties à effectuer lors de mes temps libres. De plus, le fait de marcher avec mes partenaires m’a beaucoup plu et m’a permis de mieux les connaître et de partager mes impressions tout en recueillant les leurs. Ces temps de marche ont été très enrichissants et notre travail semble bien engagé.

Récit de sentier réalisé par Vit Victoria, Étudiante en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.

Récit de sentier de Salma

Une odeur sucrée de crêpe qui flotte dans les airs, enfle mes narines et guide mes pas. Des branches d’arbres qui enveloppent mon corps et me transportent vers une autre dimension, naturelle et sauvage. Des troncs de platane tachetés telle une œuvre d’art que le temps continue à façonner. Des buissons qui cachent la vue sur l’Isère. Du calme. Un mur d’escalade que je n’arrive point à escalader, mais je m’amuse pourtant à m’y accrocher. Les murmures bruyants de la ville qui se mêlent à mes pas. Les voitures, les vélos, le tramway. Tout fuit comme l’éclair. Des bouts de discussions inachevés. Des gens qui se précipitent vers nulle part. Confusion. Des tracés linéaires et des bâtiments en hauteur. Des façades qui n’existaient auparavant que dans mes travaux de recherche numériques. Je ne m’empêche de contempler. Des magasins, des cafés, un homme qui regarde par la fenêtre. Oh ! De la couleur ! Un bâtiment qui me crie : Regarde-moi ! Je suis coloré et je suis là pour être vu ! Je le suis par instinct. Interpellation. Un passage étroit qui mène vers l’inconnu. Du noir, de l’anxiété cachée derrière de la curiosité. Puis, Lumière ! Un petit soupir de soulagement et un cœur battant de surprise. Des buttes de verdure qui donnent envie de rouler dessus. Mes mollets me font mal. Un instant ! De la musique ? Une douce mélodie de saxophone vient chatouiller mes oreilles. Je cours vers la source. Un court moment de bonheur devant la fenêtre d’un inconnu. Encore des buttes, cette fois-ci en pierre. Des statuettes avec des dessins d’enfants. Petite exposition en plein air. Une rue qui n’a rien d’intéressant jusqu’à ce que… Oh ! De la texture ! Un mur qui me crie : “Touche-moi ! Je suis différent des autres façades lisses et banales ! Moi j’ai de la texture, et je suis là pour être touché !” Je tends la main sans hésitation. 

Telle a été mon expérience de marche vendredi dernier. Un parcours de sens où plusieurs ambiances s’entremêlaient, une exploration de la ville non pas dans le but d’arriver à une destination, mais plutôt d’errer, de se perdre et de se laisser porter par des intuitions. Suivre des chemins qui, à ce moment précis, ont éveillé en moi de nouvelles sensations.

Récit de sentier réalisé par Saoutarrih Salma, Étudiante en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.

Récit de sentier de Lucas

Dans le cadre de l’atelier de première année de master Design Urbain sur le thème des sentiers métropolitains grenoblois, nous avons été amenés à réaliser plusieurs marches visant à explorer et à découvrir un territoire d’étude. À travers ce billet, je tâcherai de retranscrire de manière succincte la marche réalisée le vendredi 8 octobre dans le tracé que nous avons suivi, les lieux visités, ainsi que les réflexions qui ont pu me traverser durant cet exercice. 

Notre territoire d’étude est assez vague. Intitulé vallée du Drac, il inclue les communes d’Échirolles, Pont-de-Claix, Claix, Varces-Allières et Risset, entre le Vercors et Belledonne. Nous questionnant sur la délimitation d’un tracé logique, il fut décidé de concentrer l’exploration du territoire autour de la zone de la réserve naturelle des Isles du Drac faisant la jonction entre Claix, Varces et Champs sur Drac. Afin de ne pas nous restreindre à un chemin prédéfini et nous laisser libres d’arpenter à notre guise le site, nous avons organisé plusieurs marches à différents endroits du site dans l’idée finale de tirer un portrait global et affiné permettant la sélection d’un parcours dans son intégralité à partir de ces « fragments de sentiers ». 

Cette marche avait pour objectif de rallier les Mollots depuis Varces en traversant le torrent de la Gresse au niveau du pont de la rue Léo Lagrange. Cette idée nous vint lors de la première marche, où en arpentant les chemins autour du champ des sources de Rochefort plus au nord, nous vîmes que le pont situé à l’intersection entre le chemin de la digue et le sentier informel (du moins non nommé sur les cartes) menant au chemin des plâtres, était fermé. Cela nous a questionné sur la possibilité de rejoindre l’autre rive depuis un second passage. 

La conduite de la marche fut en soi assez simple sur les premiers kilomètres, il nous suffisait de suivre les routes en essayant de « viser tout droit » afin d’atteindre les espaces forestiers à l’est. Je fus assez surpris de la transition entre l’espace urbain de Varces et les espaces plus ruraux dédiés à l’agriculture. En suivant la rue Léo Lagrange et le début de la route de Fontagneux, on arpente des zones résidentielles assez classiques des espaces périphériques des grands centres urbains. Ces derniers sont composés d’habitats individuels assez variés dans leur forme architecturale, mais basés sur la même organisation avec la maison et le jardin privatif. La fonctionnalité bien qu’en majeure partie homogène à destination de l’habitat se dilue aussi spatialement. On découvre ainsi un artisan de rempaillage de chaises, une jardinerie, un terrain de tennis.

Sortie de la zone pavillonnaire de Varces, les champs se découvrent, au loin se profilent les premières fumées industrielles, derrière les arbres serpentent sûrement le Drac. Déjà les pylônes prennent une place importante dans le paysage

Bien que ce quartier semble ressembler à tant d’autres, à mesure que nous l’explorions, je fus surpris de voir que beaucoup de portails, portiques ou accès en tout genre étaient laissés grand ouverts, donnant ainsi la possibilité d’apprécier des habitations, jardins en retrait de l’espace publique et de « s’immiscer » dans une sphère d’intimité d’ordinaire séparée de l’espace public.

Passé le terrain de tennis, les champs et la plaine environnante se donnent à découvrir avec la chaîne des Belledonne en trame de fond. Jusqu’à Fontagneux, les champs et les exploitations agricoles se succèdent, parsemés du bruit des corbeaux tournoyant au-dessus des champs, et d’un nombre conséquent de guêpes notamment au niveau de la ferme aromatique et des jardins de malissoles.

En déambulant sur les routes de campagnes, nous continuâmes jusqu’au hameau de Fontagneux. Là encore l’ambiance urbaine changea radicalement. D’habitations éparses, disséminées entre les parcelles agricoles, le bâti se resserra, les habitations se firent plus anciennes, tant dans leurs formes que leurs états de conservation.

Bien que concentrée le long du chemin de Fontagneux, la disposition du bâti, sa proximité avec la chaussée, donnait l’impression de village médiéval. On y entre en passant devant la chapelle, dédiée à Saint-Maurice, et dont on apprend grâce à un panneau d’indication qu’elle renfermerait un tableau du 17° siècle représentant le martyre du saint éponyme. Les porches d’entrée avec leurs portes massives laissent à penser que tout se fait en arrière de la rue, ne laissant que quelques façades quelque peu décrépies, parfois assez bien entretenues pour laisser à penser l’activité qui se fait de l’autre côté.

Passé l’angle de la rue, les habitations commencent à se desserrer progressivement. En suivant la relative direction de notre objectif sur une carte, on retrouve les champs au détour d’un terrain dont la taille n’a rien à envier à celle de la haie qui en fait le tour et pourtant ne semble contenir qu’un espace vide pourvu de trois arbres alignés en son centre. Au croisement où le chemin des Mollots vient fermer la boucle avec celui de Fontagneux, se trouve un chemin plus informel longeant la haie et traversant un premier champ.

En suivant la bifurcation du chemin, on ne se retrouve qu’à une centaine de mètres de ce qui semblait être une colline. Plus au nord mais à une distance équivalente, on distingue le grillage de la réserve naturelle dont le paysage clairsemé d’arbres rappelle celui du champ des sources de Rochefort. Cela nous laisse penser que nous approchons de notre destination, et que potentiellement nous pourrions nous approcher du Drac depuis les hauteurs, ou du moins l’apercevoir.

Suivant le chemin, on entre dans les bois : la continuité du chemin se fait en montant, l’air est plus frais et humide, le vent est plus faible qu’en contrebas. Le sentier, net au début, devient plus incertain et les arbres sont plus clairsemés par moments pour laisser place aux fougères, buissons et ronces. La canopée s’estompant, le soleil vint combler les espacements entre les arbres avant de disparaître de nouveau derrière les embranchements.

Le sentier grimpant nous amena à une clairière dont l’agencement donnait à penser qu’elle avait pour objectif d’être un point de vue. C’est un espace dégagé avec la pente en contrebas, mais toutefois délimité par des rondins de bois pour rappeler aux marcheurs le risque de la chute. A ceci près que la vue n’était absolument pas pratique, les arbres recouvrant une bonne partie du paysage.

On semblait distinguer Champs-sur-Drac au loin, bien que je ne puisse en être sûr à l’instant. Plus intéressant encore, en contrebas, se dessinait les contours du Drac, son mouvement, ses berges blanches, et les structures des installations des puits de captages dont les bâtiments ressemblaient à des sphères à demi enfouies dans le sol. Loin d’être perturbant, cela donnait l’impression d’observer les activités en toute discrétion, sentiment renforcé par l’opacité des zones interdites au public de la réserve.

Après avoir épié quelque peu les va-et-vient des employés en contrebas, et essayé de définir les bribes de paysage à notre disposition, nous continuâmes sur la piste : nous nous retrouvâmes dans les champs. Décidant de continuer à travers, et au mépris de quelques mésaventures avec ronces, glissades et avancées à travers des zones peu praticables, nous rejoignîmes un sentier de forêt. La pente s’accentua quelque peu, le chemin se resserra, et le tracé me rappela les chemins de montagne servant à emmener les bêtes dans les alpages.

Et comme semblable au souvenir de ces alpages, bien que l’altitude ne fût pas au rendez-vous, le sentier de forêt s’ouvrait sur une prairie dégagée, comme une colline au milieu des bois, parsemée de champignons et d’excréments d’animaux, laissant penser à quelques activités pastorales. Arrivé en haut de la colline, la vue dégagée offre un panorama sur l’ensemble de la vallée. Au nord, Échirolles se démarque par la hauteur des logements, égalé visuellement dans la vallée par les différents pylônes qui la jalonnent.

Les pylônes nombreux sur notre parcours prennent un sens différent une fois ce point de vue atteint. Ils ne sont plus quelques éléments notables le long d’une route, ou au milieu d’un champ. D’ici, ils forment un réseau parallèle avec le paysage, présent de partout, de chaque côté du Drac, en plaine comme sur les pentes de montagne. Bien au-delà d’imperfection dans le paysage, ils donnent à voir un autre paysage, moins naturel, moins esthétique peut-être, mais non moins véridique. Celui du rapport de l’homme sur la nature, celui de Champs sur Drac qui s’étend le long du fleuve dont il porte le nom, celui de l’usine de chimie d’Arkema, Framatome ou Engie, du puits rayonnant des Mollots dont le son des activités, des camions et des machines se répercute jusqu’à nous. Bien plus que le poids des usines dans le paysage, c’est bien la question du paysage naturel qui se questionne face à cette vue.

Les chemins que nous avons arpentés jusqu’ici contenaient une certaine beauté esthétique, un sentiment de nature relatif ; mais ils n’en étaient pas moins anthropisés, travaillé par les activités de l’homme, par l’emploi des champs, le tracé des chemins que nous avons empruntés, et enfin la prairie sur laquelle s’est achevé notre marche. Bien que relevant d’une certaine idée de la campagne, de la ruralité, ils ne sont pas en soient moins semblables au paysage de Champs-sur-Drac et des usines qui s’étendent à ce moment devant nous. De manière plus générale, avec la poursuite du Drac que furent les différentes marches que nous avons pu réaliser, bien autre qu’une quête du beau, de l’agréable à montrer, ce fut bien plutôt la découverte de la relation, de la frontière ténue entre le produit de la nature et de la société.

Récit de sentier réalisé par Petrel Lucas, Étudiant en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.

Récit de sentier de Louis

Malgré la route que l’on voit sur la droite de l’image, ce camion roule sur la piste cyclable

L’itinéraire que nous allons développer aujourd’hui a pour objectif de suivre le fil de l’eau au nord de Grenoble, en aval de l’Isère. Nous n’avons pas de point de passage précis, seulement un lieu de départ : l’arrêt « Château de Sassenage » desservi par les lignes 19 et 20 de bus ; et notre lieu d’arrivée n’est pas défini. Cependant, nous allons chercher à rejoindre Saint-Martin-le-Vinoux afin de connecter notre sentier à ceux présents sur le massif de la Chartreuse prenant départ dans cette commune, et plus précisément le GR9. Sur une carte, de nombreux cours d’eau divers déambulent entre espace public et privé ; notamment la confluence entre l’Isère et le Drac qui marque ce territoire. Sur la carte, sont également représentées les différences morphologiques entre Sassenage, la Presqu’île de Grenoble et Saint-Martin-le-Vinoux. L’objectif est de marcher à la perpendiculaire de l’Isère en suivant les points d’eau qui s’offrent sur notre chemin.

Nous débutons peu après midi, par une quinzaine de degrés et avec un ciel couvert. Notre première direction est le château de Sassenage plusieurs centaines de mètres en suivant la Départementale 1532 (Av. de Romans). Devant cet édifice historique, une plaque nous renseigne sur son passé. Plus étonnant pour moi, celle-ci est accompagnée d’un poteau sur lequel un QR code est inscrit, informant au format numérique sur ce château. Nous décidons de suivre une pancarte indiquant les cuves de Sassenage, et longeons alors le mur d’enceinte du château et de son parc pour se retrouver au cœur du hameau médiéval de Sassenage. Nous le parcourons rapidement pour rejoindre les cuves nichées dans le Vercors. Sur cette courte durée, le calme de ce hameau dénote avec le bruit de la départementale que nous avons quittée il y a moins de 5 minutes. Je me laisse surprendre par la présence de fontaines tous les 500 mètres environ alors que le Furon est à moins d’un kilomètre. Suite à cela, nous bifurquons pour prendre de l’altitude. Un point de vue sur la vallée, Grenoble et la Bastille se dessine. Cependant, mon attention est portée sur un panneau d’interdiction de passage d’un chemin annexe derrière lequel continue un sentier surplombant le Furon. Après une légère hésitation, nous suivons ce chemin qui surplombe une centrale électrique EDF utilisant ce cours d’eau, pour arriver sur une ruine dans laquelle traverse un ruisseau canalisé. Après avoir longé la falaise, nous prenons un virage abrupt transformant l’ambiance sonore.

Le vacarme de l’eau produit par une cascade à une dizaine de mètres nous empêche toutes conversations. Nous rebroussons alors chemin et je m’interroge sur l’interdiction de ce passage qui me semble quelque peu risqué, mais praticable si entretenu. Est-ce un sentier d’EDF ? Connaît-il des éboulements ou des coulées de boue ? Ce chemin est-il considéré comme trop risqué par la municipalité ?

De retour sur une route goudronnée, nous suivons des flèches au sol. Nous supposons qu’elles indiquent le sentier menant aux cuves, car la route est étroite et ne dessert que quelques maisons. Rapidement, nous nous retrouvons sur un chemin en terre et prenons halte pour lire un panneau éducatif sur la formation des montagnes et plus précisément la Chartreuse que nous avons en face de nous.

Échantillon de panneaux éducatifs, informatifs et/ ou ludiques |  Ils développent une approche des lieux par les 5 sens

Notre balade continue et au fur et à mesure que nous prenons de l’altitude, je me familiarise avec le bruit sourd de l’eau. Lorsque celui-ci s’intensifie, je sais que je m’approche d’une nouvelle cascade. Instinctivement, sans nous concerter, nous nous arrêtons à la vue de chaque nouvelle chute pour la contempler. La première est très haute ; la seconde se remarque par un énorme bloc de roche posé à ses pieds ; la troisième est très faible et traversable par un pont nous permettant de rejoindre l’autre rive. Tout aussi surprenant que ces forces de la nature, des poubelles, des bancs et des panneaux ludiques et éducatifs nous rappellent que nous sommes à proximité de la ville. Ces mobiliers sont urbains et prennent place sur des espaces sécurisés et permettant un point de vue sur les cascades ou le ruisseau.

De tous types, nous en avons rencontré un certain nombre. Peignant ou narrant son environnement, le panneau fait partie entière du lieu dans lequel il est. Cet objet connu dans l’imaginaire collectif en tant que signalétique transforme sa fonction lorsqu’il est proposé sur un sentier. J’ai le sentiment que celui-ci devient un point de repère et de passage ; qu’il soit ludique, culturel ou qu’il indique la direction des cuves, il nous ancre dans l’environnement qu’il présente.

Suivant toujours les panneaux, nous nous retrouvons devant l’entrée des cuves de Sassenage. Celle-ci est fermée par un portique, mais nous pouvons entendre gronder au fond l’eau qui rebondit sur la roche.

Échantillon des cascades sur le Furon | Ces éléments produisent une ambiance paisible malgré le fort bruit des chutes

Nous poursuivons ensuite sur l’autre rive du Furon pour rentrer dans la ville : l’atmosphère change de la nature à l’urbain, des voitures se font entendre, le parc dans lequel nous sommes accueille des promeneurs et leurs chiens. Un cours d’eau plus fin que le canal du Furon s’engouffre entre la montagne abrupte et les grillages de jardins et maisons. Ce ruisseau nous mène à ce que nous prenons pour une arrière-cour de maison, car le jardin à la française est parfaitement taillé mais est fortement intimiste. C’est en réalité le parc municipal Notre-Dame.

À la sortie de ce dernier, la petite église Saint-Pierre nous accueille puis nous guide vers le quai du Furon. Le quai de ce canal se présente sous deux formes. La rive gauche est goudronnée, des voitures sont autorisées à y passer. La rive droite, que nous empruntons, est un sentier en gravier que nous suivons sur 800 mètres. Malgré un aspect très linéaire, ce sentier offre un espace calme dans lequel la vie animale est possible : nous croisons par exemple un héron. Au premier abord, cela semble détonner avec la ville qui l’environne, mais au fur et à mesure de la marche, le calme des lotissements traversé par le Furon entre en résonance avec celui produit par le cours d’eau.

Cela nous amène au parc de l’Ovalie formé autour d’un lac. Je suis alors surpris par la population fréquentant ce lieu. En effet, nous trouvons en majorité des retraités flânant sur les bancs, pêchant ou jouant à la pétanque ici. L’esthétique du lieu m’amène aussi à flâner, le pas de notre groupe ralenti et nous prenons le temps d’observer les personnes jouer, rigoler. C’est d’ailleurs le premier lieu de notre marche où l’on rencontre tant de personnes.

Un panneau indiquant les berges de l’Isère nous sort de ce parc pour emprunter une piste cyclable qui rapidement nous emmène au bord du Drac. L’atmosphère ici n’est pas accueillante pour un piéton, nous sautons sur le bas-côté alors qu’un cycliste crie « C’EST POUR LES VÉLOS ICI ! » en nous doublant à pleine vitesse. Nous poursuivons sur cette autoroute à vélo pendant 1,3 kilomètre. Ce secteur devient rapidement monotone, d’un côté il y a le Drac caché par des bouleaux et des chênes, de l’autre des usines et des entrepôts, tel que celui de la Semitag qui semble être une armée de bus.

Piste cyclable suivant le Drac | La présence de l’homme (par cette autoroute à vélo) dénote avec le calme de la nature, du Drac, des arbres, des oiseaux

Notre objectif étant de traverser le Drac et l’Isère, nous empruntons alors le seul pont praticable pour les piétons. Ici non plus, nous ne sommes pas accueillis, les automobilistes roulant sûrement à 70 km/h nous regardent d’un œil méfiant, se demandant sûrement ce que des piétons font sur un pont étant une sortie d’autoroute pour eux.

Nous continuons sur 700 mètres de pistes cyclables, mais cette fois-ci, nous sommes sur la presqu’île de Grenoble. Rapidement, la piste cyclable, ses arbres, et l’Isère que nous suivons se confrontent aux bâtiments futuristes tels que l’énorme silo du Synchrotron, la brique crépie orange et vitrée de l’immeuble Schneider, ou encore les 8 étages d’un blanc immaculé des trois tours du Crédit Agricole. La typologie de ce bâti détonne d’autant plus que nous étions il n’y a pas si longtemps au sein d’un hameau très intimiste qu’est Sassenage. Là, nous avons des grandes avenues vides qui s’étendent, bordées d’immeubles tous plus intrigants les uns que les autres.

Sur le côté, caché par un parking à étages se trouve le cabanon de la base d’aviron de la presqu’île. Intrigués par cette bâtisse entourée de bateaux, de moteurs, et d’avirons, nous décidons d’aller à la rencontre de ses occupants afin d’obtenir des renseignements sur le Drac et l’Isère. Nous apprenons alors que l’Isère et le Drac sont navigables jusqu’au barrage EDF de Saint Egrève au Nord, et jusqu’au Bois Français en remontant l’Isère. La mise en place d’un navire afin de traverser d’une rive à l’autre de l’Isère est donc hypothétiquement possible. Ce moyen de transport pourrait permettre aux marcheurs de ne pas à avoir à utiliser deux ponts construits pour l’automobile et resterait alors dans un cadre naturel. Cela permettrait même la découverte de l’Isère d’un autre point de vue pour les particuliers. Mais viennent les questions d’accessibilité, du nombre d’usagers potentiels, ou encore d’écologie : est-il possible qu’un bateau à voile puisse traverser la rivière ? Les personnes avec qui nous avons parlé s’étaient d’ailleurs posé la question de cette traversée, mais ont rapidement abandonné cette idée par faute de moyens.

Afin de comprendre la traversée de l’Isère, nous empruntons le pont d’Oxford pour rejoindre Saint-Martin-le-Vinoux. Une ligne droite de presque deux kilomètres nous attend alors, et l’ennui se manifeste sur cette portion de la marche. L’Isère n’est plus visible car la voie rapide nous en sépare. Seuls quelques tramways passant cassent la monotonie de ces kilomètres.

Nous décidons donc de nous arrêter à l’esplanade en nous disant que ce lieu peut être le point final de notre sentier que nous recherchions. L’accès à ce sentier peut se faire par le tramway à l’arrêt Esplanade, ou en voiture grâce à un parking relais P+R. D’autres sentiers peuvent prolonger cette marche en direction de la Chartreuse ou de la Bastille.

Notre marche se finit par un regard volé sur un bâtiment que nous n’avions pas aperçu en marchant, mais pourtant détonnant avec son environnement. De décoration bleue et d’or, la Casamaures nous invite à revenir pour découvrir son histoire et celle de Saint-Martin-le-Vinoux.

Récit de sentier réalisé par Mathieu Louis, Étudiant en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.

Récit de sentier d’Annelyse

Nous avons découpé notre marche en deux parties distinctes qu’on appellera segment ville et segment campagne.

Mercredi 6 octobre : Segment ville

Nous nous sommes données rendez-vous à la station de tram « Surieux », non loin de Grand’place. De là, nous avons pris le tram A en direction de « L’étoile » au Pont-de-Claix, pour sortir à l’arrêt «Auguste Delaune». Il s’agissait pour nous de découvrir une partie du GR965. Ce GR existant, traverse la ville de Grenoble, par la grande avenue des Etats Généraux.

Il s’agit d’une rue bruyante de par le bruit des moteurs des nombreux véhicules qui s’y trouvent, mais également par celui des klaxons témoignant du mécontentement et de l’agacement contagieux des individus y circulant. Nous avons choisi de nous engouffrer dans de plus petites rues adjacentes à l’avenue afin de retrouver un peu de calme et de commencer notre découverte du site. En empruntant la rue Missak Manouchian nous avons été attirés au loin par un clocher.

Nous n’avions aucune idée de quoi il s’agissait. De loin, on supposait qu’il n’avait plus de fonction, mais une fois arrivées devant, nous nous sommes trouvées face à la cité du graphisme. C’était une place paisible, qu’on pourrait presque qualifier d’abandonnée. Nous y sommes entrées pour contempler l’exposition en cours « MON ŒIL. REGARDS SUR LE POINT DE VUE » qui nous a agréablement surprises.

De retour en marche, nous avons continué notre chemin sans vraiment savoir où aller, et avons atterri sur la place Louis Baillé Barrelle : on pouvait entendre le son de l’eau qui coule de la fontaine. En quelques centaines de mètres, depuis l’avenue des Etats-Généraux, on avait l’impression d’être bien loin de l’agitation urbaine, tout s’était ralenti.

On a ensuite rejoint le parc Robert Buisson, qui longe la frange verte. Il accueillait ce jour-là un cirque. On pouvait y entendre de la musique sortir du chapiteau. Malgré la présence du cirque, le parc avait encore énormément de place pour accueillir les familles et enfants pour jouer sur les jeux et courir dans l’herbe. La forêt à proximité absorbait les bruits environnants. Notre chemin se poursuit, on commençait à prendre doucement direction vers GrandAlpe. C’est pour cela que, avenue de la République, nous avons pris à droite sur la rue de la Liberté. Sur cette rue, un bâtiment au milieu d’un parc a attiré notre attention. Il s’agissait du club de karaté d’Échirolles.

Une fois un tour du petit parc fait, nous reprenons notre chemin toujours en direction de GrandAlpe, jusqu’à tomber sur un petit chemin piétonnier entouré d’une prairie négligée. Pourtant, cela lui donnait d’autant plus de charme, comme un laissé pour compte dans cette atmosphère où l’urbanisation n’avait épargné que de rares espaces. Nous l’avons donc emprunté : il nous offrait une vue dégagée sur les montagnes. Ce chemin appelé «passerelle des écoliers» nous faisait traverser la rocade. C’était presque improbable de se trouver là, on était loin, mais en même temps juste au-dessus de la circulation. On pouvait observer ce contraste flagrant entre le chemin, très lent par notre vitesse de marche et du peux de personnes qu’on a pu croiser ; et la rocade, très rapide par la densité et la vitesse des véhicules. C’était incontestablement la partie que j’ai préférée de l’itinéraire de ce jour.

Pour terminer cette journée de marche, nous avons rejoint le parc Maurice Thorez. Lui aussi est un espace dissimulé entre ses tours d’immeubles, ce qui le rend intimiste et apaisant.

Vendredi 08/10 : segment campagne

Nous avons décidé pour cette deuxième partie de marche de partir de l’étang de Jarrie. Pour nous y rendre, nous avons pris le train. Ce n’était peut-être pas la meilleure idée pour rejoindre notre point de départ, car depuis la gare nous avions entre 3 et 4 kilomètres de marche. Toutefois, nous étions là pour marcher, alors nous en avons profité pour découvrir un peu plus Jarrie, et pouvoir s’imprégner davantage du village, des ambiances, du relief… Une fois montées jusqu’à l’étang, nous avons fait un petit tour de la réserve naturelle. Le feuillage témoigne de l’arrivée de l’automne. La lumière matinale se reflète dans l’eau. Les oiseaux chantent.

Notre sentier doit rejoindre Échirolles, pour cela, on a emprunté la route du Plâtre : une longue route piétonne entourée de champs. Il n’y avait pas d’arbres pour nous faire de l’ombre, le soleil nous réchauffait. On était à quelques kilomètres d’Échirolles et pourtant on se sentait très loin, entourées de chevaux. Pour rejoindre Échirolles, on a pris les sentiers de GR déjà existants. Un calme imperturbable nous accompagnait tout au long de notre balade, jusqu’à ce que nous arrivions en-dessous d’immenses lignes électriques qui rompaient ce silence. Un grésillement intense résonnait dans la montagne.

Puis petit à petit, on entre dans la forêt : elle était humide, les chemins étaient parfois boueux, mais également caillouteux. Les chemins de boues sont intéressants car ils nous donnent des informations sur les usages de ce sentier. Grâce à ça nous avons constaté notamment le passage de sangliers, avec leurs empreintes de sabots. La forêt nous coupait du monde, la montagne ne se devinait plus bien que le relief descendant trahissait qu’on était encore sur le massif de Belledonne, jusqu’à ce moment où on en sortait, et la ville se dévoilait. Le bruit de la métropole nous a étonné, il nous a comme réveillé, on a ressenti cette frontière sonore entre la ville et la campagne, brutalement.

Nous voilà arrivées à Échirolles.

Récit de sentier réalisé par Dagorne Annelyse, Étudiante en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.

Récit de sentier de Lora

De Jarrie au Parc Maurice Thorez 

Nous avons réalisé notre sortie de terrain en deux parties. Tout d’abord sur la partie « ville » d’Échirolles l’après-midi du mercredi 6 octobre 2021 puis la partie Jarrie, sur les hauteurs de la métropole grenobloise le vendredi 8 octobre 2021. 

Notre circuit dans la commune d’Échirolles a pour but de visiter la partie la moins visible de la ville. 

Nous sommes parties de l’arrêt de tramway “Auguste Delaune”, puis nous nous sommes dirigées vers la rue Missak Manouchian. Le trafic routier était peu dense ce qui m’a poussé à me détendre, d’être plus attentive aux paysages environnants. Nous avons fait une halte à l’ancienne mairie d’Échirolles qui est devenue le Centre du Graphisme. Nous y sommes entrées par curiosité. La structure du bâtiment m’a permis d’imaginer les espaces de travail des différents employés lorsque la mairie était encore utilisée pour sa propre fonction. 

Plus nous nous aventurions dans les différentes rues vers l’église d’Échirolles, et plus les voitures se faisaient rares. Les montagnes me paraissaient très proches. Le centre historique de la commune s’est traduit, de mon point de vue, par les rues délimitées de murs en pierre, de petites rues, mais également par l’architecture des maisons. Une fois arrivées sur le parvis de l’église, nous nous sommes retrouvées face aux obsèques d’une personne. Pour le respect de la famille, nous ne sommes pas restées devant l’église et avons passé notre chemin. Non loin de l’église, une place avec une fontaine s’offre à nous. Sans presque un bruit, seulement celui de l’eau et des oiseaux; nous avons pu profiter de l’espace.

Nous avons continué notre chemin en longeant le parc de la Frange verte. Un cirque s’y était installé pour donner une représentation. La musique m’a permis de replonger en enfance l’espace d’un instant. Lorsque nous sommes arrivées à la fin du parc, c’est le quartier ouvrier pavillonnaire que nous avons découvert. Un lotissement de maisons jumelles. 

Notre marche nous amène ensuite à la passerelle des écoles, le seul endroit le plus sûr pour les piétons contre les trois barrières urbaines dangereuses: la rocade, la sortie de la rocade sur Échirolles et le train. À partir de ce moment-là, l’ambiance change totalement, les grands ensembles sortent de terre, les rues sont plus grises et nous devons faire attention aux voitures qui sont beaucoup plus présentes. Au milieu de cet espace gris, une oasis est présente. Comme cachée par les immeubles, encerclés de béton. Le parc Maurice Thorez, le point final à notre balade urbaine. 

Le vendredi 8 octobre, nous sommes parties en train jusqu’à Jarrie. Nous avons donc traversé toute la commune pour repérer et rejoindre les potentiels points de départ du sentier urbain. Cette étape m’a permis de m’imprégner des ambiances de Jarrie. Les quartiers pavillonnaires que nous avons traversés étaient paisibles, seuls les oiseaux accompagnaient notre marche. Nous avons pu emprunter des chemins en terre, des chemins forestiers, mais également des trottoirs faits de bitume. 

Arrivées à l’étang, qui deviendra le point de départ de notre sentier, nous avons fait une pause afin de contempler la faune et la flore qui nous entouraient. Il n’y avait pas un bruit, l’air était doux, les arbres se reflétant sur l’eau comme si les feuilles la caressent. Nous avons poursuivi notre chemin sur le sentier forestier. Une ligne à haute tension créait une frontière visuelle et sonore entre la zone agricole et la zone naturelle/forestière. 

Une fois entrées dans la forêt, c’est comme si on était téléporté ailleurs, on ne se doute pas que à quelques mètres, il y a le tumulte de la vie métropolitaine de Grenoble. Le sol était humide, les châtaignes et leurs coques créaient un tapis sous nos pieds. Nous avons pu remarquer au sol le passage des sangliers, comme un rappel de la faune ambiante. Nous ne sommes pas seules même si le peu de bruit peut nous faire dire le contraire. 

À la sortie du sentier, c’est un retour net à la réalité. On lit les formes urbaines et l’implantation de l’homme entre les massifs. Le bruit du trafic routier résonne contre les parois de la montagne. Chacun de nos pas nous rapproche du vacarme quotidien. Nous nous retrouvons rapidement au centre d’Échirolles qui sonne la fin de la balade.

Récit de sentier réalisé par Seitier Lora, Étudiante en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.

 

   

Récit de sentier de Justine

Le territoire Isère Aval, une balade au fil de l’eau

Le territoire Isère Aval est un ensemble de cinq communes qui se situe au nord-est de Grenoble.  Il fait donc l’objet de mon atelier de projet, pour lequel je travaille en équipe avec Claire et Louis. Ainsi, nous devons réaliser un sentier métropolitain mettant en avant la marche au sein de notre quartier d’étude. Pour définir l’itinéraire de notre sentier, nous nous sommes concentrés sur les formes que prend l’eau et sur le tracé qu’elle opère à travers notre territoire d’étude. C’est pour cela que notre trajet a d’abord emprunté les rues de Sassenage et de son château, pour ensuite rejoindre nos premiers points d’eau : les grottes et cuves de Sassenage, avec le canal du Furon (photo 1 du schéma). Ces lieux ont un côté dépaysant et bucolique, qui est d’autant plus marqué lorsqu’on arrive de Grenoble en transport en commun. En effet, on s’éloigne du bruit de la ville pour se retrouver en pleine nature, là où le calme règne. Seul le bruit de l’eau qui s’écoule le long de la montagne nous suit et nous guide tout au long de la traversée de cette zone naturelle. Pour se rendre dans les cuves de Sassenage, nous avons emprunté des chemins informels, mais aussi des sentiers de randonnées déjà balisés avec des aménagements tels que des bancs ou des plaques informatives. Nous sommes par la suite descendus de la montagne, et nous avons rejoint le cœur historique de Sassenage et son église. 

Pour continuer notre itinéraire au fil de l’eau, nous avons suivi le cours du Furon en direction des berges de l’Isère grâce à des chemins piétonniers et cyclistes, où de nombreuses personnes se promenaient. Ici, on peut admirer les massifs montagneux entourant Grenoble, et on dispose d’une vue dégagée sur la commune de Sassenage (photo 2). Ces chemins nous ont amenés au parc de l’Ovalie, là où nous avons rencontré une autre forme que prend l’eau au sein de notre territoire : un plan artificiel. L’endroit paraît très calme, on y a croisé beaucoup de promeneurs, mais aussi des personnes qui jouaient à la pétanque ou pêchaient dans le lac. Toutes ces activités rendent le parc de l’Ovalie vivant, tout en restant paisible.

Par la suite, nous avons traversé un ensemble de lotissements au sein de Sassenage via un sentier aménagé pour cyclistes et piétons. L’ambiance de ce quartier, de par son calme et sa fonction résidentielle, peut rappeler celle ressentie au sein de Sassenage. La prochaine étape de notre itinéraire étant les berges, il nous fallait trouver un moyen de les rejoindre, ce qui nous a amené à traverser une zone industrielle et commerciale. C’est, je pense, la partie de notre parcours qui doit être la plus modifiée car c’est un passage qui peut mener à une sorte d’ennui dans la marche. Ceci s’explique par le fait de marcher pendant plusieurs dizaines de minutes sur une route complètement linéaire, tout en ayant vue sur des entreprises et commerces. Cette zone n’offre donc pas un paysage urbain particulièrement intéressant sur un si long parcours, et l’ambiance y est plutôt plate.

Un autre tronçon de notre itinéraire est lui aussi être un passage très linéaire : les berges du Drac, qui se situent après la traversée de la zone industrialo-commerciale (photo 3). Même si la vue sur le Drac offre un cadre idyllique pour les promeneurs, ces berges disposent de plusieurs points négatifs pour les piétons. L’un d’entre eux, et le plus marquant à mes yeux, est le manque d’aménagement piétonnier. En effet, nous nous sommes retrouvés obligés de marcher sur les mêmes voies que les cyclistes, ce qui donne lieu à des situations assez particulières dans lesquelles on ne savait même plus où circuler pour leur laisser la place. Néanmoins, il existe quelques sentiers piétonniers à côté des voies cyclables, mais ce sont davantage des sentiers qui résultent des lignes de désir. Ils ne sont pas balisés et sont donc la seule conséquence d’une absence de voirie pour les piétons. La cohabitation entre promeneurs et cyclistes sur les berges semble alors parfois difficile. Lors de notre promenade, on s’est plusieurs fois fait interpeller par des cyclistes nous faisant gentiment comprendre que l’on n’avait pas à marcher ici, je cite : « C’est pour les vélos ici ! ».

La suite de notre itinéraire se situe sur l’autre rive du Drac, au niveau du polygone scientifique, sur la presqu’île. Pour traverser le Drac, nous avons dû emprunter le pont où circulent également beaucoup de véhicules en raison de l’autoroute qui y passe. De ce fait, ce passage est très bruyant et assez dangereux. En effet, le trottoir est petit, ce qui n’encourage pas une marche en groupe, et il est encore une fois obligatoire de marcher sur les voies cyclables à cause des travaux qui sont effectués dans la zone. Nous avons par la suite longé les berges de l’Isère, pour enfin rejoindre Grenoble et son polygone scientifique (photo 4). Ce dernier comprend un ensemble de bureaux, de laboratoires et même une centrale, qui sont presque vides d’habitants et de passants quand on s’y promène en journée. La population qui occupe ce quartier et le fait vivre la journée est donc composée essentiellement de travailleurs, ou encore de chercheurs. L’ambiance est très calme, presque trop, et cela devient angoissant car on y croise seulement quelques personnes. Parfois, même les bureaux qui donnent directement sur la rue semblent être dénués de toutes activités. Il y a comme une impression de ne pas être dans Grenoble, le polygone scientifique dénote tellement du reste de la ville qu’on imagine plutôt être dans une vitrine mettant en avant les avancées technologiques et architecturales.

Nous avons terminé notre parcours en rejoignant à nouveau les berges de l’Isère, mais cette fois-ci au niveau des rives de Saint-Martin-le-Vinoux. Ces berges sont elles aussi difficilement praticables pour les piétons, qui doivent à nouveau partager la voie avec les cyclistes et les personnes en trottinettes électriques. J’ai trouvé le fait de se promener à cet endroit très bruyant en raison des lignes de tram, longées de surcroît par l’autoroute. C’est également assez oppressant car on se trouve pendant une partie du tronçon coincés entre un mur et les voies de circulation. Cependant, le point positif de ces berges reste la vue dégagée sur les massifs et l’Isère. L’aménagement des berges, tant de l’Isère que du Drac, apparaît comme l’un des enjeux principaux dans l’élaboration de notre sentier métropolitain.

Enfin, lors de notre itinéraire au sein du territoire Isère Aval, j’ai pu observer un phénomène de transformation du bâti et de l’aménagement. Selon moi, on peut observer à travers le sentier effectué une sorte d’évolution entre le passé et le présent, à la manière d’une traversée entre plusieurs époques. En effet, on commence par Sassenage qui est un village très ancien, puis on continue avec un bâti plus résidentiel qui rappelle l’habitat ouvrier ou encore les constructions d’après-guerre, pour enfin terminer sur la presqu’île, là où on retrouve des bâtiments avec un style architectural beaucoup plus moderne. Cette évolution peut également se voir à travers l’aménagement pour les différentes mobilités. Ainsi, le centre historique de Sassenage se caractérise par des routes étroites, parfois sans trottoirs tandis que le reste de la ville dispose de routes adaptées à la taille des voitures, de trottoirs plus larges et omniprésents. De son côté, le polygone scientifique marque l’apparition du tramway et de la multimodalité avec ses avenues composées de trottoirs, de pistes cyclables, de routes et de voies de transport en commun. Notre territoire d’étude possède donc des paysages diversifiés, tant dans l’architecture et dans l’urbanisme que dans l’environnement, tel un contraste entre nature et ville.

Récit de sentier réalisé par Iglesias Justine, Étudiante en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search