Récit de sentier de Youna

Dans le cadre du projet sentier métropolitain, je fais partie du groupe Vercors avec Sarah et Arnaud. Nous avons choisi de faire deux journées de marche : le jeudi après-midi dans Grenoble, pour la partie urbaine ; et le vendredi sur les sentiers du Vercors.

Jeudi : premier jour de marche. Nous partons des bords de l’Isère et avons pour but de rejoindre les berges du Drac en passant par différents lieux. Nous n’avions pas spécialement choisi à l’avance ces lieux et décidons d’arpenter les rues de Grenoble en ayant en tête quelques lieux qui peuvent être intéressants. Le GR9 propose d’ailleurs un itinéraire entre notre point de départ et d’arrivée mais nous souhaitons en proposer une alternative. 

Nous passons par la place du Doyen-Gosse et sa basilique du Sacré Coeur, la place de la Gare, puis la place et le square Saint-Bruno avec son église et son marché qui se terminait. Nous traversons ensuite le parc Marliave. Ce parc et ses alentours sont marqués par de nombreuses œuvres d’art et fresques de street art : nous trouvons que certaines sont particulièrement bien réussies. Puis nous passons par le quartier de Bouchayer-Viallet pour arriver au pont du Drac.

Tout au long de notre marche, nous constatons avoir un point de vue régulier sur les massifs, ce qui est profitable et qui nous semble important. Sur le retour, nous prenons exactement le même itinéraire qu’à l’aller. 

Nous nous arrêtons au parc Marliave pour manger, où nous sommes accompagnés par de nombreux pigeons. Même si ce parc est en ville, il est assez silencieux et agréable de s’y poser quelques instants. Puis petit arrêt à la basilique du Sacré Coeur. Je suis plutôt surprise par son architecture intérieure, plutôt moderne avec sa pierre blanche, et avec une ambiance moins froide et plus lumineuse que dans les bâtiments religieux que l’on peut avoir l’habitude de voir. Elle est assez simple, il y a très peu de sculptures, de décorations et son plafond n’est pas en voûte.

La Basilique du Sacré Cœur

Comparé au GR9, notre itinéraire propose une alternative certes moins directe, mais qui évite la ligne de tramway et la circulation urbaine en proposant des arrêts sur des places et dans des parcs qui permettront de garder un contact avec la nature et la végétation de nos sentiers empruntés dans le Vercors.

Vendredi : deuxième jour de marche. Nous décidons de partir tôt, rendez-vous à 8h. À 8h30, nous entamons notre randonnée : notre point de départ est le parc Karl Marx à Seyssinet-Pariset. En réalité, nous ne sommes pas vraiment partis à cette heure-là… Nous avons eu quelques difficultés à trouver le départ du sentier. Au bout de 15-20 minutes, après avoir fait, je pense, deux fois le tour du parc et être même sortis du parc et partis en direction de la déchetterie (ce qui nous a semblé bizarre), nous avons enfin trouvé le sentier pour commencer notre marche vers la Tour Sans Venin. Nous avons pour objectif de passer par différents lieux intéressants tout en passant par des sentiers agréables et praticables proposant des points de vue sur la ville et les massifs. Contrairement à la veille, nous avions déjà choisi quelques lieux où passer et s’arrêter. 

Le début de la montée se fait au travers de la forêt des Vouillants entre sentiers de terre et de pierres. Les bruits de la ville, de la circulation, et de la vie urbaine sont de plus en plus lointains et laissent place à une atmosphère plus agréable : du silence, quelques chants d’oiseaux, ainsi que nos conversations et nos rires. 

Les sentiers nous offrent de très beaux panoramas sur la ville, ainsi que sur Belledonne et la Chartreuse, d’où l’on voit même certaines hauteurs enneigées. Le sentier commence à être plus raide, puis nous nous engageons sur un faux plat. Je fais part au groupe de mon impression sur la suite du sentier, je pense que la montée va être progressive. Je suis donc désignée comme « l’optimiste » du groupe ! Ils n’ont pas forcément bien choisi ce qualificatif puisque quelques pas plus tard, la montée était plutôt escarpée et pentue.

Pour atteindre notre première étape, la ferme Froussard, deux itinéraires possibles : le trail 2 ou 3. Après quelques hésitations, nous sommes motivés et optons pour le trail 3. La montée est donc assez abrupte, mais à l’arrivée, nous sommes plutôt surpris. Nous atteignons une intersection et en cherchant sur les différents panneaux, la ferme n’est plus indiquée. Sur notre gauche, nous voyons des ruines et on comprend donc que c’est la ferme Froussard. Je m’attendais plutôt à une ferme en tant que bâtiment où il y a de l’activité, mais ce n’était absolument pas le cas.

Suite de notre marche vers le désert Jean-Jacques Rousseau. Le sentier redescend légèrement, comme un faux plat. Nous pensons alors au fait qu’il faudra reprendre la montée vers la Tour Sans Venin, on se demande donc si nous ne nous sommes pas trompés. Après avoir vu d’autres panneaux nous confirmant être sur le bon chemin, nous arrivons finalement au désert Jean-Jacques Rousseau. C’est sûrement un des endroits que j’ai le plus apprécié, qui est dépaysant avec ses falaises et petites grottes. C’est un lieu très agréable, silencieux et reposant. 

La montée s’est ensuite poursuivie par des sentiers similaires, vers la Tour Sans Venin. Peu avant d’y arriver, le sentier se finit et le chemin doit se poursuivre par la route. Elle n’est pas trop passante, mais un peu dangereuse, ce qui crée un contraste avec les sentiers pris précédemment, ce qui est un peu frustrant. Nous arrivons donc à notre destination, le lieu nous offre un superbe panorama sur la ville, la vallée et les massifs. Nous sommes tout de même surpris et déçus par une tour d’opérateur située juste à côté qui est largement plus visible, car plus grande que la Tour Sans Venin. La pause que nous prenons là-bas pour manger et souffler reste malgré tout très agréable avec cette vue, le calme, et un grand soleil.

La descente, toujours entre discussions et rires, est plus rapide. Nous avons choisi de faire une boucle et donc de prendre un autre itinéraire que celui par lequel nous sommes arrivés. Sur ce retour, nous croisons des classes d’écoles primaires. Globalement, nous avons croisé peu d’autres personnes tout au long de la marche. En reprenant un sentier pris à l’aller, je me rends plus compte de ce que nous avions monté un peu plus tôt ! Sur ce retour, en repassant à un endroit avec un point de vue sur la ville de Fontaine, j’ai ressenti une sensation assez bizarre, presque désagréable, d’entendre à nouveau les bruits de la ville, de la circulation…

Pour rejoindre le pont du Drac depuis le parc Karl Marx afin de connecter nos deux itinéraires, nous empruntons une route arborée. Celle-ci crée une continuité et un lien entre le parc Karl Marx et les sentiers empruntés avec les parcs dans lesquels nous passons dans la partie plus urbaine de notre randonnée. Je trouve que cela crée une transition progressive entre le Vercors et la ville, cette route permet de nous amener doucement vers la ville et de quitter peu à peu la nature.

La Tour Sans Venin

Récit de sentier réalisé par Onno Youna, Étudiante en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Charlotte Méret Alexandra Czernekova (4 février 2022). Récit de sentier de Youna. Chemins urbains. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mplm


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search