Récit de sentier de Sarah

Notre (Youna, Arnaud et moi-même) journée de randonnée dans le massif du Vercors débute dans le parc Karl Marx, à Seyssinet-Pariset. Nous avons pour point d’arrivée la Tour sans Venin, et comme objectif de trouver un sentier agréable pour y accéder. C’est ainsi que nous partons aux alentours de 8H30 pour remplir cet objectif. 

Le Parc Karl Marx

Dès le début, nous rencontrons une difficulté à trouver le point de départ de cette randonnée puisque aucune indication n’est présente dans le parc concernant le début de cette dernière, alors même que le GR9 passe par ce parc pour rejoindre, entre autres, la Tour sans Venin. Après 15-20 minutes de recherches et avoir fait trois fois le tour du parc, nous réussissons à trouver un sentier de départ et à sortir du parc en direction de la Ferme Froussard, notre premier repère au cours de cette randonnée.  Nous montons ainsi en altitude grâce à des sentiers très agréables nous offrant des points de vue sur Seyssinet-Pariset, Grenoble plus loin, et un splendide panorama sur la Chartreuse et la Bastille qui domine Grenoble. Au fur et à mesure que nous avancions et que nous prenions de l’altitude, les bruits urbains du trafic, des travaux, etc… s’estompaient au profit des chants des oiseaux, du vent dans les arbres, de nos simples pas et de nos rires. La balade devient ainsi pour ma part plus plaisante avec une proximité plus grande avec la nature. 

Nos discussions et nos recherches de sentiers toujours plus agréables et facilement praticables s’enchaînent. Nous arrivons de cette manière à notre premier repère dans le Vercors, la Ferme Froussard, après un peu moins d’1h30 de marche. Nous découvrons avec surprise les ruines d’une ancienne ferme sur un vaste espace de verdure : la halte est brève. Après réflexion sur quel sentier emprunter, nous repartons dans la forêt des bois Vouillants sous un soleil réchauffant.  Durant notre marche, nous rencontrons que très peu de personnes venues pour se balader ou découvrir le Vercors. À l’exception de personnes retraitées, de coureurs ou vététistes venant en quête de défis sportifs, et enfin d’une école primaire, la sensation d’être seul(e)s se fait ressentir. Ce qui n’est pas désagréable en sortant de la ville !

La Ferme Froussard

10H19, nous entrons dans notre nouveau repère à savoir le désert Jean-Jacques Rousseau. Ce dernier nous offre, à mon avis, le plus bel espace naturel de notre randonnée. Il nous offre effectivement la possibilité de marcher entre deux falaises sur lesquelles des filets d’eau ruissellent et laissent entendre des bruits très agréables. De plus, l’immensité des arbres, les petites grottes et la vue de quelques écureuils m’ont plongé dans un cadre naturel flamboyant et très reposant. Le passage par ce désert Jean-Jacques Rousseau est pour moi inéluctable au cours dans ce sentier métropolitain.  Une fois sortis du désert, nous continuons notre randonnée direction cette fois-ci notre objectif final : la Tour sans Venin. Nous observons à nouveau des points de vue sur la ville et empruntons des chemins pentus, mais très agréables, au vu du cadre naturel. 

Le désert Jean Jacques Rousseau

C’est en fin de matinée, un peu avant les 11H30 et après 3h de marche que nous atteignons notre objectif et point de départ de notre randonnée, la Tour sans Venin. Cette ruine, bien cachée derrière les arbres et impossible à voir avant d’y être devant fait face à un panorama resplendissant sur la ville de Grenoble et ses alentours dont les massifs de la Chartreuse et Belledonne. Envoyer une photo de cette vue à la classe était d’ailleurs une évidence. Malgré la beauté et l’immensité du paysage qui s’offre à nous, je suis déçue en observant la brume formant un nuage de pollution sur la « cuvette » qu’est la ville de Grenoble. L’anthropisation de l’Homme propose un paysage urbain relativement attirant, mais son empreinte est à nuancer au vu des dommages provoqués sur la nature première. De plus, ce site de la Tour sans Venin me laisse dubitative puisqu’une antenne parabolique se trouve à environ 200m de la tour. Une question m’est alors venue : pourquoi implanter cette antenne à cet endroit précis alors que le site est historique et offre une vue sublime ? Lorsque toute personne observe la vue et tourne la tête, il voit directement un pylône rempli de paraboles, ce qui pour moi est très décevant. Cependant ce site reste tout de même remarquable et est un point de départ très symbolique pour notre randonnée. Nous apprécions ainsi la vue sur les montagnes aux sommets enneigés et le soleil de midi. Nous en profitons ainsi pour faire une pause à la suite de nos 10km de montée : c’est une halte reposante.  

La Tour Sans Venin

Nous repartons de cette parenthèse relaxante pour retrouver le parc Karl Marx d’où nous sommes partis en empruntant un chemin différent, mais qui nous paraît également agréable au regard des points de vue qu’il offre sur la ville. En revanche, ce dernier ne passe pas par le désert Jean-Jacques Rousseau. Il s’agirait alors d’un second itinéraire plus adapté aux personnes souhaitant être en quête de défis sportifs plus qu’en simple randonnée pédestre dans le Vercors. Nous avions préalablement trouvé le sentier côté ville la veille. Le nombre de personnes rencontrées est inéluctablement plus élevé, notamment dans les parcs où j’ai eu le malheur de déranger une dame en train de se brosser les dents pendant la prise d’une photo. Durant le trajet effectué dans la ville de Grenoble, nous avons repéré plusieurs sites remarquables et inéluctables à notre sentier métropolitain. Parmi eux nous pouvons noter le parc Marliave, mais également deux édifices religieux, dont la basilique du Sacré Cœur qui m’a surprise par son intérieur très moderne. Un lien peut se faire avec notre sentier dans le Vercors puisque depuis chaque rue traversée nous apercevons les trois massifs entourant Grenoble, ce qui m’a paru incroyable au vu de notre localisation en pleine ville. De plus, nous traversons des parcs relativement calmes (outre les bruits des travaux à proximité) et où notre déjeuner fût d’ailleurs partagé avec les pigeons. La proximité avec la nature était donc très présente. 

Ainsi, ces journées furent très enrichissantes autant pour notre projet que pour moi-même. Dans un cadre plus personnel, j’ai l’envie grandissante de retourner explorer des sentiers dans les massifs entourant la ville de Grenoble. Quant à notre projet, nous savons dorénavant par quels chemins passer pour réaliser notre sentier métropolitain, et sur quels points nous devons l’améliorer.

Récit de sentier réalisé par Moulin Sarah, Étudiante en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Charlotte Méret Alexandra Czernekova (4 février 2022). Récit de sentier de Sarah. Chemins urbains. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mpll


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search