Récit de sentier de Victoria

Dans le cadre de ma première année de master en design urbain, je réalise un travail en atelier abordant la thématique des sentiers métropolitains. Mon groupe est constitué d’Emma, Lucas et moi-même. Nous sommes chargés d’expérimenter la réalisation d’un sentier métropolitain au sein de la métropole grenobloise et le périmètre que nous couvrons se situe au sud de cette dernière, aux abords du Drac. Le Drac est un affluent de l’Isère qui traverse les communes situées au sud de l’agglomération, puis il poursuit sa trajectoire en arrivant à Grenoble, qu’il traverse du sud au nord, jusqu’à la confluence avec l’Isère. 

Afin d’appréhender le territoire dans lequel s’inscrit le projet, nous avons effectué trois sessions de marche lors desquelles nous étions attentifs aux cheminements informels, aux divers points de vue urbains et naturels, et à la diversité des ambiances traversées. 

Nous avons effectué notre première promenade l’après-midi du mercredi 6 octobre, sous un temps pluvieux. Notre périple a débuté dans la commune de Pont-de-Claix, non loin du pont reliant Échirolles à la commune précitée.

Après nos premiers pas, nous arrivions au début d’un sentier longeant les abords du Drac. Le tronçon principal était agrémenté de fins tracés informels rejoignant les berges dudit cours d’eau. Ces derniers étaient évocateurs des activités de baignade qui se tiennent en saison estivale. 

Le sentier était parsemé de points d’eau divers, tant en nombre qu’en apparence. Zones marécageuses, flaques, ruisseaux, et débit presque torrentiel se succèdent et donnent à notre déambulation des tonalités plurielles faisant ainsi varier les ambiances sonores : c’en était presque dépaysant. J’ai trouvé que cette diversité de tableaux et ambiances offre une grande potentialité de ressourcement et de fantaisie, tout en étant étonnamment proche d’une agglomération, proximité rappelée par l’omniprésence du bruit de la circulation routière. J’ai également été interpellée par la forte présence d’activités anthropiques sur ce territoire s’inscrivant dans le règlement de la réserve naturelle. En effet, bon nombre de pylônes électriques, champs de captage (sources de Rochefort), et écluses jonchent ce territoire à l’allure sauvage. À un moment donné, nous empruntions un des cheminements informels afin de nous rapprocher des abords du Drac, et découvrons un impressionnant point de vue situé entre deux étroits bras de fleuve. 

Pour terminer cette première sortie sur le terrain, nous avons longé les carrières situées dans la commune de Varces, puis pris le bus pour rejoindre la station de tramway “L’Étoile” afin de rejoindre Grenoble. 

Notre seconde session de marche se tint la matinée du vendredi 8 octobre, et le soleil était cette fois de la partie. Le projet était le suivant : traverser le territoire d’ouest en est, en partant de la commune de Varces pour rejoindre les berges du Drac. 

Avant d’entamer ce parcours, nous avions une vague idée du tracé que nous allions emprunter, mais avons rencontré quelques obstacles imprévus. Nous avons commencé à marcher dans la commune de Varces et sommes très vite arrivés dans une zone couverte de champs, destinée à des activités rurales. La somme de poteaux électriques présente sur notre périmètre de vision nous interpella tous les trois autant, si bien que nous nous en servions certaines fois pour nous repérer et situer les lieux que nous avions déjà explorés lors de notre première session de marche. 

Il nous arrivait aussi d’avoir le nez en l’air dans le but de repérer des formes issues du croisement de certains câbles électriques, formes qui prenaient souvent l’apparence de damier et me faisaient songer aux parties d’échecs que je faisais en famille. Après environ 35 minutes de marche, nous tombons sur une ferme aromatique ouverte au public et atteignons dans la foulée Fontagneux : hameau à l’allure bucolique avec ses habitations en pierre, ses fenêtres aux carreaux traditionnels, ses nombreux jardins potagers et sa chapelle. L’atmosphère y était paisible et propice à la méditation. Après avoir traversé ce pâté d’habitations, nous nous sommes rapidement retrouvés en milieu forestier et le dénivelé s’est accentué. Nous décidions de nous aventurer sur des parcelles privatives, mais nous avions parfois du mal à trouver une issue parmi les ronces et les barbelés. Tout de même, nous finissons par atteindre notre but : le sommet de la colline longeant le Drac. Ce lieu nous offre une vue panoramique et dégagée sur tout le paysage alentour : le sud de l’agglomération grenobloise, les sommets enneigés de la chaîne de Belledonne ainsi que sur le Vercors et la Chartreuse, les communes de Claix, de Pont-de-Claix et de Varces. Cependant, nous étions un peu frustrés de ne pas avoir de point de vue sur le Drac que nous distinguions tout juste à travers les branchages de la forêt située en contrebas. Néanmoins, il s’agit d’un endroit remarquable que nous pensons insérer dans notre proposition de tracé métropolitain. Suite à notre courte pause au sommet de cette colline, nous rebroussons chemin et empruntons quasiment le même parcours qu’à l’aller pour le retour. 

Lors de notre troisième session de marche, le mercredi 13 octobre, nous nous sommes rendus à la station “L’Étoile” située au terminus du tramway A pour débuter notre parcours. Notre point de départ était la station précitée, et le but était de trouver un itinéraire nous permettant de rejoindre le sud de l’agglomération grenobloise au point de départ du parcours de la première session de marche ; à savoir la mairie de Pont-de-Claix. Pour ce faire, nous avons décidé d’emprunter un sentier longeant le canal des Cent Vingt Toises en direction du sud.

Avant de découvrir les lieux, nous appréhendions la monotonie de ce parcours de par la linéarité de l’infrastructure, mais nous avons finalement été agréablement surpris de découvrir la diversité d’aménités présentes en son sein. Ainsi, nous sommes passés à côté de terrains en friche laissant quartier libre à la végétation, de jardins partagés, de résidences et de parcs offrant une pluralité de paysages. Il nous est fréquemment arrivé de nous arrêter pour observer plantations et cucurbitacées en tout genre. 

En arrivant à hauteur de la rocade de l’A480, nous décidons de la traverser en empruntant le pont qui la surplombe afin de rejoindre les abords du Drac. En traversant, le son était si fort qu’il me semblait ressentir les vibrations des véhicules qui passaient dessous. Cette étape effectuée, nous atteignons la berge Est du Drac et commençons à entendre le bruit du cours d’eau, mais nous ne le distinguons pas encore. Peu à peu, le son de l’eau prit le pas sur celui de la route et le Drac finit par apparaître à travers écorces et feuillages. J’ai beaucoup aimé cette partie de la balade, car elle comportait de nombreux détails que j’ai trouvé plaisants : nous avons croisé un abri de fortune, de nombreuses espèces végétales, un message tagué sur le sol et finissons avec une vue sur le vieux pont de Claix que nous traversons par la suite. La traversée du pont de Claix nous révèle de magnifiques panoramas sur le Drac et marque la fin de cette dernière session de marche destinée à découvrir notre terrain d’investigations. 

En me faisant une petite rétrospective, j’ai grandement apprécié ces parenthèses en dehors de l’urbain dense ; et, n’étant installée dans la région que depuis tout juste un mois, ces sorties m’ont permis de découvrir les alentours de Grenoble et de me donner des idées de futures sorties à effectuer lors de mes temps libres. De plus, le fait de marcher avec mes partenaires m’a beaucoup plu et m’a permis de mieux les connaître et de partager mes impressions tout en recueillant les leurs. Ces temps de marche ont été très enrichissants et notre travail semble bien engagé.

Récit de sentier réalisé par Vit Victoria, Étudiante en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Charlotte Méret Alexandra Czernekova (4 février 2022). Récit de sentier de Victoria. Chemins urbains. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mplk


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search