Récit de sentier de Salma

Une odeur sucrée de crêpe qui flotte dans les airs, enfle mes narines et guide mes pas. Des branches d’arbres qui enveloppent mon corps et me transportent vers une autre dimension, naturelle et sauvage. Des troncs de platane tachetés telle une œuvre d’art que le temps continue à façonner. Des buissons qui cachent la vue sur l’Isère. Du calme. Un mur d’escalade que je n’arrive point à escalader, mais je m’amuse pourtant à m’y accrocher. Les murmures bruyants de la ville qui se mêlent à mes pas. Les voitures, les vélos, le tramway. Tout fuit comme l’éclair. Des bouts de discussions inachevés. Des gens qui se précipitent vers nulle part. Confusion. Des tracés linéaires et des bâtiments en hauteur. Des façades qui n’existaient auparavant que dans mes travaux de recherche numériques. Je ne m’empêche de contempler. Des magasins, des cafés, un homme qui regarde par la fenêtre. Oh ! De la couleur ! Un bâtiment qui me crie : Regarde-moi ! Je suis coloré et je suis là pour être vu ! Je le suis par instinct. Interpellation. Un passage étroit qui mène vers l’inconnu. Du noir, de l’anxiété cachée derrière de la curiosité. Puis, Lumière ! Un petit soupir de soulagement et un cœur battant de surprise. Des buttes de verdure qui donnent envie de rouler dessus. Mes mollets me font mal. Un instant ! De la musique ? Une douce mélodie de saxophone vient chatouiller mes oreilles. Je cours vers la source. Un court moment de bonheur devant la fenêtre d’un inconnu. Encore des buttes, cette fois-ci en pierre. Des statuettes avec des dessins d’enfants. Petite exposition en plein air. Une rue qui n’a rien d’intéressant jusqu’à ce que… Oh ! De la texture ! Un mur qui me crie : “Touche-moi ! Je suis différent des autres façades lisses et banales ! Moi j’ai de la texture, et je suis là pour être touché !” Je tends la main sans hésitation. 

Telle a été mon expérience de marche vendredi dernier. Un parcours de sens où plusieurs ambiances s’entremêlaient, une exploration de la ville non pas dans le but d’arriver à une destination, mais plutôt d’errer, de se perdre et de se laisser porter par des intuitions. Suivre des chemins qui, à ce moment précis, ont éveillé en moi de nouvelles sensations.

Récit de sentier réalisé par Saoutarrih Salma, Étudiante en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Charlotte Méret Alexandra Czernekova (4 février 2022). Récit de sentier de Salma. Chemins urbains. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mplj


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search