Récit de sentier de Lucas

Dans le cadre de l’atelier de première année de master Design Urbain sur le thème des sentiers métropolitains grenoblois, nous avons été amenés à réaliser plusieurs marches visant à explorer et à découvrir un territoire d’étude. À travers ce billet, je tâcherai de retranscrire de manière succincte la marche réalisée le vendredi 8 octobre dans le tracé que nous avons suivi, les lieux visités, ainsi que les réflexions qui ont pu me traverser durant cet exercice. 

Notre territoire d’étude est assez vague. Intitulé vallée du Drac, il inclue les communes d’Échirolles, Pont-de-Claix, Claix, Varces-Allières et Risset, entre le Vercors et Belledonne. Nous questionnant sur la délimitation d’un tracé logique, il fut décidé de concentrer l’exploration du territoire autour de la zone de la réserve naturelle des Isles du Drac faisant la jonction entre Claix, Varces et Champs sur Drac. Afin de ne pas nous restreindre à un chemin prédéfini et nous laisser libres d’arpenter à notre guise le site, nous avons organisé plusieurs marches à différents endroits du site dans l’idée finale de tirer un portrait global et affiné permettant la sélection d’un parcours dans son intégralité à partir de ces « fragments de sentiers ». 

Cette marche avait pour objectif de rallier les Mollots depuis Varces en traversant le torrent de la Gresse au niveau du pont de la rue Léo Lagrange. Cette idée nous vint lors de la première marche, où en arpentant les chemins autour du champ des sources de Rochefort plus au nord, nous vîmes que le pont situé à l’intersection entre le chemin de la digue et le sentier informel (du moins non nommé sur les cartes) menant au chemin des plâtres, était fermé. Cela nous a questionné sur la possibilité de rejoindre l’autre rive depuis un second passage. 

La conduite de la marche fut en soi assez simple sur les premiers kilomètres, il nous suffisait de suivre les routes en essayant de « viser tout droit » afin d’atteindre les espaces forestiers à l’est. Je fus assez surpris de la transition entre l’espace urbain de Varces et les espaces plus ruraux dédiés à l’agriculture. En suivant la rue Léo Lagrange et le début de la route de Fontagneux, on arpente des zones résidentielles assez classiques des espaces périphériques des grands centres urbains. Ces derniers sont composés d’habitats individuels assez variés dans leur forme architecturale, mais basés sur la même organisation avec la maison et le jardin privatif. La fonctionnalité bien qu’en majeure partie homogène à destination de l’habitat se dilue aussi spatialement. On découvre ainsi un artisan de rempaillage de chaises, une jardinerie, un terrain de tennis.

Sortie de la zone pavillonnaire de Varces, les champs se découvrent, au loin se profilent les premières fumées industrielles, derrière les arbres serpentent sûrement le Drac. Déjà les pylônes prennent une place importante dans le paysage

Bien que ce quartier semble ressembler à tant d’autres, à mesure que nous l’explorions, je fus surpris de voir que beaucoup de portails, portiques ou accès en tout genre étaient laissés grand ouverts, donnant ainsi la possibilité d’apprécier des habitations, jardins en retrait de l’espace publique et de « s’immiscer » dans une sphère d’intimité d’ordinaire séparée de l’espace public.

Passé le terrain de tennis, les champs et la plaine environnante se donnent à découvrir avec la chaîne des Belledonne en trame de fond. Jusqu’à Fontagneux, les champs et les exploitations agricoles se succèdent, parsemés du bruit des corbeaux tournoyant au-dessus des champs, et d’un nombre conséquent de guêpes notamment au niveau de la ferme aromatique et des jardins de malissoles.

En déambulant sur les routes de campagnes, nous continuâmes jusqu’au hameau de Fontagneux. Là encore l’ambiance urbaine changea radicalement. D’habitations éparses, disséminées entre les parcelles agricoles, le bâti se resserra, les habitations se firent plus anciennes, tant dans leurs formes que leurs états de conservation.

Bien que concentrée le long du chemin de Fontagneux, la disposition du bâti, sa proximité avec la chaussée, donnait l’impression de village médiéval. On y entre en passant devant la chapelle, dédiée à Saint-Maurice, et dont on apprend grâce à un panneau d’indication qu’elle renfermerait un tableau du 17° siècle représentant le martyre du saint éponyme. Les porches d’entrée avec leurs portes massives laissent à penser que tout se fait en arrière de la rue, ne laissant que quelques façades quelque peu décrépies, parfois assez bien entretenues pour laisser à penser l’activité qui se fait de l’autre côté.

Passé l’angle de la rue, les habitations commencent à se desserrer progressivement. En suivant la relative direction de notre objectif sur une carte, on retrouve les champs au détour d’un terrain dont la taille n’a rien à envier à celle de la haie qui en fait le tour et pourtant ne semble contenir qu’un espace vide pourvu de trois arbres alignés en son centre. Au croisement où le chemin des Mollots vient fermer la boucle avec celui de Fontagneux, se trouve un chemin plus informel longeant la haie et traversant un premier champ.

En suivant la bifurcation du chemin, on ne se retrouve qu’à une centaine de mètres de ce qui semblait être une colline. Plus au nord mais à une distance équivalente, on distingue le grillage de la réserve naturelle dont le paysage clairsemé d’arbres rappelle celui du champ des sources de Rochefort. Cela nous laisse penser que nous approchons de notre destination, et que potentiellement nous pourrions nous approcher du Drac depuis les hauteurs, ou du moins l’apercevoir.

Suivant le chemin, on entre dans les bois : la continuité du chemin se fait en montant, l’air est plus frais et humide, le vent est plus faible qu’en contrebas. Le sentier, net au début, devient plus incertain et les arbres sont plus clairsemés par moments pour laisser place aux fougères, buissons et ronces. La canopée s’estompant, le soleil vint combler les espacements entre les arbres avant de disparaître de nouveau derrière les embranchements.

Le sentier grimpant nous amena à une clairière dont l’agencement donnait à penser qu’elle avait pour objectif d’être un point de vue. C’est un espace dégagé avec la pente en contrebas, mais toutefois délimité par des rondins de bois pour rappeler aux marcheurs le risque de la chute. A ceci près que la vue n’était absolument pas pratique, les arbres recouvrant une bonne partie du paysage.

On semblait distinguer Champs-sur-Drac au loin, bien que je ne puisse en être sûr à l’instant. Plus intéressant encore, en contrebas, se dessinait les contours du Drac, son mouvement, ses berges blanches, et les structures des installations des puits de captages dont les bâtiments ressemblaient à des sphères à demi enfouies dans le sol. Loin d’être perturbant, cela donnait l’impression d’observer les activités en toute discrétion, sentiment renforcé par l’opacité des zones interdites au public de la réserve.

Après avoir épié quelque peu les va-et-vient des employés en contrebas, et essayé de définir les bribes de paysage à notre disposition, nous continuâmes sur la piste : nous nous retrouvâmes dans les champs. Décidant de continuer à travers, et au mépris de quelques mésaventures avec ronces, glissades et avancées à travers des zones peu praticables, nous rejoignîmes un sentier de forêt. La pente s’accentua quelque peu, le chemin se resserra, et le tracé me rappela les chemins de montagne servant à emmener les bêtes dans les alpages.

Et comme semblable au souvenir de ces alpages, bien que l’altitude ne fût pas au rendez-vous, le sentier de forêt s’ouvrait sur une prairie dégagée, comme une colline au milieu des bois, parsemée de champignons et d’excréments d’animaux, laissant penser à quelques activités pastorales. Arrivé en haut de la colline, la vue dégagée offre un panorama sur l’ensemble de la vallée. Au nord, Échirolles se démarque par la hauteur des logements, égalé visuellement dans la vallée par les différents pylônes qui la jalonnent.

Les pylônes nombreux sur notre parcours prennent un sens différent une fois ce point de vue atteint. Ils ne sont plus quelques éléments notables le long d’une route, ou au milieu d’un champ. D’ici, ils forment un réseau parallèle avec le paysage, présent de partout, de chaque côté du Drac, en plaine comme sur les pentes de montagne. Bien au-delà d’imperfection dans le paysage, ils donnent à voir un autre paysage, moins naturel, moins esthétique peut-être, mais non moins véridique. Celui du rapport de l’homme sur la nature, celui de Champs sur Drac qui s’étend le long du fleuve dont il porte le nom, celui de l’usine de chimie d’Arkema, Framatome ou Engie, du puits rayonnant des Mollots dont le son des activités, des camions et des machines se répercute jusqu’à nous. Bien plus que le poids des usines dans le paysage, c’est bien la question du paysage naturel qui se questionne face à cette vue.

Les chemins que nous avons arpentés jusqu’ici contenaient une certaine beauté esthétique, un sentiment de nature relatif ; mais ils n’en étaient pas moins anthropisés, travaillé par les activités de l’homme, par l’emploi des champs, le tracé des chemins que nous avons empruntés, et enfin la prairie sur laquelle s’est achevé notre marche. Bien que relevant d’une certaine idée de la campagne, de la ruralité, ils ne sont pas en soient moins semblables au paysage de Champs-sur-Drac et des usines qui s’étendent à ce moment devant nous. De manière plus générale, avec la poursuite du Drac que furent les différentes marches que nous avons pu réaliser, bien autre qu’une quête du beau, de l’agréable à montrer, ce fut bien plutôt la découverte de la relation, de la frontière ténue entre le produit de la nature et de la société.

Récit de sentier réalisé par Petrel Lucas, Étudiant en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Charlotte Méret Alexandra Czernekova (4 février 2022). Récit de sentier de Lucas. Chemins urbains. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mpli


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search