Récit de sentier de Louis

Malgré la route que l’on voit sur la droite de l’image, ce camion roule sur la piste cyclable

L’itinéraire que nous allons développer aujourd’hui a pour objectif de suivre le fil de l’eau au nord de Grenoble, en aval de l’Isère. Nous n’avons pas de point de passage précis, seulement un lieu de départ : l’arrêt « Château de Sassenage » desservi par les lignes 19 et 20 de bus ; et notre lieu d’arrivée n’est pas défini. Cependant, nous allons chercher à rejoindre Saint-Martin-le-Vinoux afin de connecter notre sentier à ceux présents sur le massif de la Chartreuse prenant départ dans cette commune, et plus précisément le GR9. Sur une carte, de nombreux cours d’eau divers déambulent entre espace public et privé ; notamment la confluence entre l’Isère et le Drac qui marque ce territoire. Sur la carte, sont également représentées les différences morphologiques entre Sassenage, la Presqu’île de Grenoble et Saint-Martin-le-Vinoux. L’objectif est de marcher à la perpendiculaire de l’Isère en suivant les points d’eau qui s’offrent sur notre chemin.

Nous débutons peu après midi, par une quinzaine de degrés et avec un ciel couvert. Notre première direction est le château de Sassenage plusieurs centaines de mètres en suivant la Départementale 1532 (Av. de Romans). Devant cet édifice historique, une plaque nous renseigne sur son passé. Plus étonnant pour moi, celle-ci est accompagnée d’un poteau sur lequel un QR code est inscrit, informant au format numérique sur ce château. Nous décidons de suivre une pancarte indiquant les cuves de Sassenage, et longeons alors le mur d’enceinte du château et de son parc pour se retrouver au cœur du hameau médiéval de Sassenage. Nous le parcourons rapidement pour rejoindre les cuves nichées dans le Vercors. Sur cette courte durée, le calme de ce hameau dénote avec le bruit de la départementale que nous avons quittée il y a moins de 5 minutes. Je me laisse surprendre par la présence de fontaines tous les 500 mètres environ alors que le Furon est à moins d’un kilomètre. Suite à cela, nous bifurquons pour prendre de l’altitude. Un point de vue sur la vallée, Grenoble et la Bastille se dessine. Cependant, mon attention est portée sur un panneau d’interdiction de passage d’un chemin annexe derrière lequel continue un sentier surplombant le Furon. Après une légère hésitation, nous suivons ce chemin qui surplombe une centrale électrique EDF utilisant ce cours d’eau, pour arriver sur une ruine dans laquelle traverse un ruisseau canalisé. Après avoir longé la falaise, nous prenons un virage abrupt transformant l’ambiance sonore.

Le vacarme de l’eau produit par une cascade à une dizaine de mètres nous empêche toutes conversations. Nous rebroussons alors chemin et je m’interroge sur l’interdiction de ce passage qui me semble quelque peu risqué, mais praticable si entretenu. Est-ce un sentier d’EDF ? Connaît-il des éboulements ou des coulées de boue ? Ce chemin est-il considéré comme trop risqué par la municipalité ?

De retour sur une route goudronnée, nous suivons des flèches au sol. Nous supposons qu’elles indiquent le sentier menant aux cuves, car la route est étroite et ne dessert que quelques maisons. Rapidement, nous nous retrouvons sur un chemin en terre et prenons halte pour lire un panneau éducatif sur la formation des montagnes et plus précisément la Chartreuse que nous avons en face de nous.

Échantillon de panneaux éducatifs, informatifs et/ ou ludiques |  Ils développent une approche des lieux par les 5 sens

Notre balade continue et au fur et à mesure que nous prenons de l’altitude, je me familiarise avec le bruit sourd de l’eau. Lorsque celui-ci s’intensifie, je sais que je m’approche d’une nouvelle cascade. Instinctivement, sans nous concerter, nous nous arrêtons à la vue de chaque nouvelle chute pour la contempler. La première est très haute ; la seconde se remarque par un énorme bloc de roche posé à ses pieds ; la troisième est très faible et traversable par un pont nous permettant de rejoindre l’autre rive. Tout aussi surprenant que ces forces de la nature, des poubelles, des bancs et des panneaux ludiques et éducatifs nous rappellent que nous sommes à proximité de la ville. Ces mobiliers sont urbains et prennent place sur des espaces sécurisés et permettant un point de vue sur les cascades ou le ruisseau.

De tous types, nous en avons rencontré un certain nombre. Peignant ou narrant son environnement, le panneau fait partie entière du lieu dans lequel il est. Cet objet connu dans l’imaginaire collectif en tant que signalétique transforme sa fonction lorsqu’il est proposé sur un sentier. J’ai le sentiment que celui-ci devient un point de repère et de passage ; qu’il soit ludique, culturel ou qu’il indique la direction des cuves, il nous ancre dans l’environnement qu’il présente.

Suivant toujours les panneaux, nous nous retrouvons devant l’entrée des cuves de Sassenage. Celle-ci est fermée par un portique, mais nous pouvons entendre gronder au fond l’eau qui rebondit sur la roche.

Échantillon des cascades sur le Furon | Ces éléments produisent une ambiance paisible malgré le fort bruit des chutes

Nous poursuivons ensuite sur l’autre rive du Furon pour rentrer dans la ville : l’atmosphère change de la nature à l’urbain, des voitures se font entendre, le parc dans lequel nous sommes accueille des promeneurs et leurs chiens. Un cours d’eau plus fin que le canal du Furon s’engouffre entre la montagne abrupte et les grillages de jardins et maisons. Ce ruisseau nous mène à ce que nous prenons pour une arrière-cour de maison, car le jardin à la française est parfaitement taillé mais est fortement intimiste. C’est en réalité le parc municipal Notre-Dame.

À la sortie de ce dernier, la petite église Saint-Pierre nous accueille puis nous guide vers le quai du Furon. Le quai de ce canal se présente sous deux formes. La rive gauche est goudronnée, des voitures sont autorisées à y passer. La rive droite, que nous empruntons, est un sentier en gravier que nous suivons sur 800 mètres. Malgré un aspect très linéaire, ce sentier offre un espace calme dans lequel la vie animale est possible : nous croisons par exemple un héron. Au premier abord, cela semble détonner avec la ville qui l’environne, mais au fur et à mesure de la marche, le calme des lotissements traversé par le Furon entre en résonance avec celui produit par le cours d’eau.

Cela nous amène au parc de l’Ovalie formé autour d’un lac. Je suis alors surpris par la population fréquentant ce lieu. En effet, nous trouvons en majorité des retraités flânant sur les bancs, pêchant ou jouant à la pétanque ici. L’esthétique du lieu m’amène aussi à flâner, le pas de notre groupe ralenti et nous prenons le temps d’observer les personnes jouer, rigoler. C’est d’ailleurs le premier lieu de notre marche où l’on rencontre tant de personnes.

Un panneau indiquant les berges de l’Isère nous sort de ce parc pour emprunter une piste cyclable qui rapidement nous emmène au bord du Drac. L’atmosphère ici n’est pas accueillante pour un piéton, nous sautons sur le bas-côté alors qu’un cycliste crie « C’EST POUR LES VÉLOS ICI ! » en nous doublant à pleine vitesse. Nous poursuivons sur cette autoroute à vélo pendant 1,3 kilomètre. Ce secteur devient rapidement monotone, d’un côté il y a le Drac caché par des bouleaux et des chênes, de l’autre des usines et des entrepôts, tel que celui de la Semitag qui semble être une armée de bus.

Piste cyclable suivant le Drac | La présence de l’homme (par cette autoroute à vélo) dénote avec le calme de la nature, du Drac, des arbres, des oiseaux

Notre objectif étant de traverser le Drac et l’Isère, nous empruntons alors le seul pont praticable pour les piétons. Ici non plus, nous ne sommes pas accueillis, les automobilistes roulant sûrement à 70 km/h nous regardent d’un œil méfiant, se demandant sûrement ce que des piétons font sur un pont étant une sortie d’autoroute pour eux.

Nous continuons sur 700 mètres de pistes cyclables, mais cette fois-ci, nous sommes sur la presqu’île de Grenoble. Rapidement, la piste cyclable, ses arbres, et l’Isère que nous suivons se confrontent aux bâtiments futuristes tels que l’énorme silo du Synchrotron, la brique crépie orange et vitrée de l’immeuble Schneider, ou encore les 8 étages d’un blanc immaculé des trois tours du Crédit Agricole. La typologie de ce bâti détonne d’autant plus que nous étions il n’y a pas si longtemps au sein d’un hameau très intimiste qu’est Sassenage. Là, nous avons des grandes avenues vides qui s’étendent, bordées d’immeubles tous plus intrigants les uns que les autres.

Sur le côté, caché par un parking à étages se trouve le cabanon de la base d’aviron de la presqu’île. Intrigués par cette bâtisse entourée de bateaux, de moteurs, et d’avirons, nous décidons d’aller à la rencontre de ses occupants afin d’obtenir des renseignements sur le Drac et l’Isère. Nous apprenons alors que l’Isère et le Drac sont navigables jusqu’au barrage EDF de Saint Egrève au Nord, et jusqu’au Bois Français en remontant l’Isère. La mise en place d’un navire afin de traverser d’une rive à l’autre de l’Isère est donc hypothétiquement possible. Ce moyen de transport pourrait permettre aux marcheurs de ne pas à avoir à utiliser deux ponts construits pour l’automobile et resterait alors dans un cadre naturel. Cela permettrait même la découverte de l’Isère d’un autre point de vue pour les particuliers. Mais viennent les questions d’accessibilité, du nombre d’usagers potentiels, ou encore d’écologie : est-il possible qu’un bateau à voile puisse traverser la rivière ? Les personnes avec qui nous avons parlé s’étaient d’ailleurs posé la question de cette traversée, mais ont rapidement abandonné cette idée par faute de moyens.

Afin de comprendre la traversée de l’Isère, nous empruntons le pont d’Oxford pour rejoindre Saint-Martin-le-Vinoux. Une ligne droite de presque deux kilomètres nous attend alors, et l’ennui se manifeste sur cette portion de la marche. L’Isère n’est plus visible car la voie rapide nous en sépare. Seuls quelques tramways passant cassent la monotonie de ces kilomètres.

Nous décidons donc de nous arrêter à l’esplanade en nous disant que ce lieu peut être le point final de notre sentier que nous recherchions. L’accès à ce sentier peut se faire par le tramway à l’arrêt Esplanade, ou en voiture grâce à un parking relais P+R. D’autres sentiers peuvent prolonger cette marche en direction de la Chartreuse ou de la Bastille.

Notre marche se finit par un regard volé sur un bâtiment que nous n’avions pas aperçu en marchant, mais pourtant détonnant avec son environnement. De décoration bleue et d’or, la Casamaures nous invite à revenir pour découvrir son histoire et celle de Saint-Martin-le-Vinoux.

Récit de sentier réalisé par Mathieu Louis, Étudiant en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Charlotte Méret Alexandra Czernekova (4 février 2022). Récit de sentier de Louis. Chemins urbains. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mplh


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search