Récit de sentier d’Annelyse

Nous avons découpé notre marche en deux parties distinctes qu’on appellera segment ville et segment campagne.

Mercredi 6 octobre : Segment ville

Nous nous sommes données rendez-vous à la station de tram « Surieux », non loin de Grand’place. De là, nous avons pris le tram A en direction de « L’étoile » au Pont-de-Claix, pour sortir à l’arrêt «Auguste Delaune». Il s’agissait pour nous de découvrir une partie du GR965. Ce GR existant, traverse la ville de Grenoble, par la grande avenue des Etats Généraux.

Il s’agit d’une rue bruyante de par le bruit des moteurs des nombreux véhicules qui s’y trouvent, mais également par celui des klaxons témoignant du mécontentement et de l’agacement contagieux des individus y circulant. Nous avons choisi de nous engouffrer dans de plus petites rues adjacentes à l’avenue afin de retrouver un peu de calme et de commencer notre découverte du site. En empruntant la rue Missak Manouchian nous avons été attirés au loin par un clocher.

Nous n’avions aucune idée de quoi il s’agissait. De loin, on supposait qu’il n’avait plus de fonction, mais une fois arrivées devant, nous nous sommes trouvées face à la cité du graphisme. C’était une place paisible, qu’on pourrait presque qualifier d’abandonnée. Nous y sommes entrées pour contempler l’exposition en cours « MON ŒIL. REGARDS SUR LE POINT DE VUE » qui nous a agréablement surprises.

De retour en marche, nous avons continué notre chemin sans vraiment savoir où aller, et avons atterri sur la place Louis Baillé Barrelle : on pouvait entendre le son de l’eau qui coule de la fontaine. En quelques centaines de mètres, depuis l’avenue des Etats-Généraux, on avait l’impression d’être bien loin de l’agitation urbaine, tout s’était ralenti.

On a ensuite rejoint le parc Robert Buisson, qui longe la frange verte. Il accueillait ce jour-là un cirque. On pouvait y entendre de la musique sortir du chapiteau. Malgré la présence du cirque, le parc avait encore énormément de place pour accueillir les familles et enfants pour jouer sur les jeux et courir dans l’herbe. La forêt à proximité absorbait les bruits environnants. Notre chemin se poursuit, on commençait à prendre doucement direction vers GrandAlpe. C’est pour cela que, avenue de la République, nous avons pris à droite sur la rue de la Liberté. Sur cette rue, un bâtiment au milieu d’un parc a attiré notre attention. Il s’agissait du club de karaté d’Échirolles.

Une fois un tour du petit parc fait, nous reprenons notre chemin toujours en direction de GrandAlpe, jusqu’à tomber sur un petit chemin piétonnier entouré d’une prairie négligée. Pourtant, cela lui donnait d’autant plus de charme, comme un laissé pour compte dans cette atmosphère où l’urbanisation n’avait épargné que de rares espaces. Nous l’avons donc emprunté : il nous offrait une vue dégagée sur les montagnes. Ce chemin appelé «passerelle des écoliers» nous faisait traverser la rocade. C’était presque improbable de se trouver là, on était loin, mais en même temps juste au-dessus de la circulation. On pouvait observer ce contraste flagrant entre le chemin, très lent par notre vitesse de marche et du peux de personnes qu’on a pu croiser ; et la rocade, très rapide par la densité et la vitesse des véhicules. C’était incontestablement la partie que j’ai préférée de l’itinéraire de ce jour.

Pour terminer cette journée de marche, nous avons rejoint le parc Maurice Thorez. Lui aussi est un espace dissimulé entre ses tours d’immeubles, ce qui le rend intimiste et apaisant.

Vendredi 08/10 : segment campagne

Nous avons décidé pour cette deuxième partie de marche de partir de l’étang de Jarrie. Pour nous y rendre, nous avons pris le train. Ce n’était peut-être pas la meilleure idée pour rejoindre notre point de départ, car depuis la gare nous avions entre 3 et 4 kilomètres de marche. Toutefois, nous étions là pour marcher, alors nous en avons profité pour découvrir un peu plus Jarrie, et pouvoir s’imprégner davantage du village, des ambiances, du relief… Une fois montées jusqu’à l’étang, nous avons fait un petit tour de la réserve naturelle. Le feuillage témoigne de l’arrivée de l’automne. La lumière matinale se reflète dans l’eau. Les oiseaux chantent.

Notre sentier doit rejoindre Échirolles, pour cela, on a emprunté la route du Plâtre : une longue route piétonne entourée de champs. Il n’y avait pas d’arbres pour nous faire de l’ombre, le soleil nous réchauffait. On était à quelques kilomètres d’Échirolles et pourtant on se sentait très loin, entourées de chevaux. Pour rejoindre Échirolles, on a pris les sentiers de GR déjà existants. Un calme imperturbable nous accompagnait tout au long de notre balade, jusqu’à ce que nous arrivions en-dessous d’immenses lignes électriques qui rompaient ce silence. Un grésillement intense résonnait dans la montagne.

Puis petit à petit, on entre dans la forêt : elle était humide, les chemins étaient parfois boueux, mais également caillouteux. Les chemins de boues sont intéressants car ils nous donnent des informations sur les usages de ce sentier. Grâce à ça nous avons constaté notamment le passage de sangliers, avec leurs empreintes de sabots. La forêt nous coupait du monde, la montagne ne se devinait plus bien que le relief descendant trahissait qu’on était encore sur le massif de Belledonne, jusqu’à ce moment où on en sortait, et la ville se dévoilait. Le bruit de la métropole nous a étonné, il nous a comme réveillé, on a ressenti cette frontière sonore entre la ville et la campagne, brutalement.

Nous voilà arrivées à Échirolles.

Récit de sentier réalisé par Dagorne Annelyse, Étudiante en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Charlotte Méret Alexandra Czernekova (4 février 2022). Récit de sentier d’Annelyse. Chemins urbains. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mplg


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search