Récit de sentier de Lora

De Jarrie au Parc Maurice Thorez 

Nous avons réalisé notre sortie de terrain en deux parties. Tout d’abord sur la partie « ville » d’Échirolles l’après-midi du mercredi 6 octobre 2021 puis la partie Jarrie, sur les hauteurs de la métropole grenobloise le vendredi 8 octobre 2021. 

Notre circuit dans la commune d’Échirolles a pour but de visiter la partie la moins visible de la ville. 

Nous sommes parties de l’arrêt de tramway “Auguste Delaune”, puis nous nous sommes dirigées vers la rue Missak Manouchian. Le trafic routier était peu dense ce qui m’a poussé à me détendre, d’être plus attentive aux paysages environnants. Nous avons fait une halte à l’ancienne mairie d’Échirolles qui est devenue le Centre du Graphisme. Nous y sommes entrées par curiosité. La structure du bâtiment m’a permis d’imaginer les espaces de travail des différents employés lorsque la mairie était encore utilisée pour sa propre fonction. 

Plus nous nous aventurions dans les différentes rues vers l’église d’Échirolles, et plus les voitures se faisaient rares. Les montagnes me paraissaient très proches. Le centre historique de la commune s’est traduit, de mon point de vue, par les rues délimitées de murs en pierre, de petites rues, mais également par l’architecture des maisons. Une fois arrivées sur le parvis de l’église, nous nous sommes retrouvées face aux obsèques d’une personne. Pour le respect de la famille, nous ne sommes pas restées devant l’église et avons passé notre chemin. Non loin de l’église, une place avec une fontaine s’offre à nous. Sans presque un bruit, seulement celui de l’eau et des oiseaux; nous avons pu profiter de l’espace.

Nous avons continué notre chemin en longeant le parc de la Frange verte. Un cirque s’y était installé pour donner une représentation. La musique m’a permis de replonger en enfance l’espace d’un instant. Lorsque nous sommes arrivées à la fin du parc, c’est le quartier ouvrier pavillonnaire que nous avons découvert. Un lotissement de maisons jumelles. 

Notre marche nous amène ensuite à la passerelle des écoles, le seul endroit le plus sûr pour les piétons contre les trois barrières urbaines dangereuses: la rocade, la sortie de la rocade sur Échirolles et le train. À partir de ce moment-là, l’ambiance change totalement, les grands ensembles sortent de terre, les rues sont plus grises et nous devons faire attention aux voitures qui sont beaucoup plus présentes. Au milieu de cet espace gris, une oasis est présente. Comme cachée par les immeubles, encerclés de béton. Le parc Maurice Thorez, le point final à notre balade urbaine. 

Le vendredi 8 octobre, nous sommes parties en train jusqu’à Jarrie. Nous avons donc traversé toute la commune pour repérer et rejoindre les potentiels points de départ du sentier urbain. Cette étape m’a permis de m’imprégner des ambiances de Jarrie. Les quartiers pavillonnaires que nous avons traversés étaient paisibles, seuls les oiseaux accompagnaient notre marche. Nous avons pu emprunter des chemins en terre, des chemins forestiers, mais également des trottoirs faits de bitume. 

Arrivées à l’étang, qui deviendra le point de départ de notre sentier, nous avons fait une pause afin de contempler la faune et la flore qui nous entouraient. Il n’y avait pas un bruit, l’air était doux, les arbres se reflétant sur l’eau comme si les feuilles la caressent. Nous avons poursuivi notre chemin sur le sentier forestier. Une ligne à haute tension créait une frontière visuelle et sonore entre la zone agricole et la zone naturelle/forestière. 

Une fois entrées dans la forêt, c’est comme si on était téléporté ailleurs, on ne se doute pas que à quelques mètres, il y a le tumulte de la vie métropolitaine de Grenoble. Le sol était humide, les châtaignes et leurs coques créaient un tapis sous nos pieds. Nous avons pu remarquer au sol le passage des sangliers, comme un rappel de la faune ambiante. Nous ne sommes pas seules même si le peu de bruit peut nous faire dire le contraire. 

À la sortie du sentier, c’est un retour net à la réalité. On lit les formes urbaines et l’implantation de l’homme entre les massifs. Le bruit du trafic routier résonne contre les parois de la montagne. Chacun de nos pas nous rapproche du vacarme quotidien. Nous nous retrouvons rapidement au centre d’Échirolles qui sonne la fin de la balade.

Récit de sentier réalisé par Seitier Lora, Étudiante en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.

 

   


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Charlotte Méret Alexandra Czernekova (4 février 2022). Récit de sentier de Lora. Chemins urbains. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mplf


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search