Récit de sentier de Justine

Le territoire Isère Aval, une balade au fil de l’eau

Le territoire Isère Aval est un ensemble de cinq communes qui se situe au nord-est de Grenoble.  Il fait donc l’objet de mon atelier de projet, pour lequel je travaille en équipe avec Claire et Louis. Ainsi, nous devons réaliser un sentier métropolitain mettant en avant la marche au sein de notre quartier d’étude. Pour définir l’itinéraire de notre sentier, nous nous sommes concentrés sur les formes que prend l’eau et sur le tracé qu’elle opère à travers notre territoire d’étude. C’est pour cela que notre trajet a d’abord emprunté les rues de Sassenage et de son château, pour ensuite rejoindre nos premiers points d’eau : les grottes et cuves de Sassenage, avec le canal du Furon (photo 1 du schéma). Ces lieux ont un côté dépaysant et bucolique, qui est d’autant plus marqué lorsqu’on arrive de Grenoble en transport en commun. En effet, on s’éloigne du bruit de la ville pour se retrouver en pleine nature, là où le calme règne. Seul le bruit de l’eau qui s’écoule le long de la montagne nous suit et nous guide tout au long de la traversée de cette zone naturelle. Pour se rendre dans les cuves de Sassenage, nous avons emprunté des chemins informels, mais aussi des sentiers de randonnées déjà balisés avec des aménagements tels que des bancs ou des plaques informatives. Nous sommes par la suite descendus de la montagne, et nous avons rejoint le cœur historique de Sassenage et son église. 

Pour continuer notre itinéraire au fil de l’eau, nous avons suivi le cours du Furon en direction des berges de l’Isère grâce à des chemins piétonniers et cyclistes, où de nombreuses personnes se promenaient. Ici, on peut admirer les massifs montagneux entourant Grenoble, et on dispose d’une vue dégagée sur la commune de Sassenage (photo 2). Ces chemins nous ont amenés au parc de l’Ovalie, là où nous avons rencontré une autre forme que prend l’eau au sein de notre territoire : un plan artificiel. L’endroit paraît très calme, on y a croisé beaucoup de promeneurs, mais aussi des personnes qui jouaient à la pétanque ou pêchaient dans le lac. Toutes ces activités rendent le parc de l’Ovalie vivant, tout en restant paisible.

Par la suite, nous avons traversé un ensemble de lotissements au sein de Sassenage via un sentier aménagé pour cyclistes et piétons. L’ambiance de ce quartier, de par son calme et sa fonction résidentielle, peut rappeler celle ressentie au sein de Sassenage. La prochaine étape de notre itinéraire étant les berges, il nous fallait trouver un moyen de les rejoindre, ce qui nous a amené à traverser une zone industrielle et commerciale. C’est, je pense, la partie de notre parcours qui doit être la plus modifiée car c’est un passage qui peut mener à une sorte d’ennui dans la marche. Ceci s’explique par le fait de marcher pendant plusieurs dizaines de minutes sur une route complètement linéaire, tout en ayant vue sur des entreprises et commerces. Cette zone n’offre donc pas un paysage urbain particulièrement intéressant sur un si long parcours, et l’ambiance y est plutôt plate.

Un autre tronçon de notre itinéraire est lui aussi être un passage très linéaire : les berges du Drac, qui se situent après la traversée de la zone industrialo-commerciale (photo 3). Même si la vue sur le Drac offre un cadre idyllique pour les promeneurs, ces berges disposent de plusieurs points négatifs pour les piétons. L’un d’entre eux, et le plus marquant à mes yeux, est le manque d’aménagement piétonnier. En effet, nous nous sommes retrouvés obligés de marcher sur les mêmes voies que les cyclistes, ce qui donne lieu à des situations assez particulières dans lesquelles on ne savait même plus où circuler pour leur laisser la place. Néanmoins, il existe quelques sentiers piétonniers à côté des voies cyclables, mais ce sont davantage des sentiers qui résultent des lignes de désir. Ils ne sont pas balisés et sont donc la seule conséquence d’une absence de voirie pour les piétons. La cohabitation entre promeneurs et cyclistes sur les berges semble alors parfois difficile. Lors de notre promenade, on s’est plusieurs fois fait interpeller par des cyclistes nous faisant gentiment comprendre que l’on n’avait pas à marcher ici, je cite : « C’est pour les vélos ici ! ».

La suite de notre itinéraire se situe sur l’autre rive du Drac, au niveau du polygone scientifique, sur la presqu’île. Pour traverser le Drac, nous avons dû emprunter le pont où circulent également beaucoup de véhicules en raison de l’autoroute qui y passe. De ce fait, ce passage est très bruyant et assez dangereux. En effet, le trottoir est petit, ce qui n’encourage pas une marche en groupe, et il est encore une fois obligatoire de marcher sur les voies cyclables à cause des travaux qui sont effectués dans la zone. Nous avons par la suite longé les berges de l’Isère, pour enfin rejoindre Grenoble et son polygone scientifique (photo 4). Ce dernier comprend un ensemble de bureaux, de laboratoires et même une centrale, qui sont presque vides d’habitants et de passants quand on s’y promène en journée. La population qui occupe ce quartier et le fait vivre la journée est donc composée essentiellement de travailleurs, ou encore de chercheurs. L’ambiance est très calme, presque trop, et cela devient angoissant car on y croise seulement quelques personnes. Parfois, même les bureaux qui donnent directement sur la rue semblent être dénués de toutes activités. Il y a comme une impression de ne pas être dans Grenoble, le polygone scientifique dénote tellement du reste de la ville qu’on imagine plutôt être dans une vitrine mettant en avant les avancées technologiques et architecturales.

Nous avons terminé notre parcours en rejoignant à nouveau les berges de l’Isère, mais cette fois-ci au niveau des rives de Saint-Martin-le-Vinoux. Ces berges sont elles aussi difficilement praticables pour les piétons, qui doivent à nouveau partager la voie avec les cyclistes et les personnes en trottinettes électriques. J’ai trouvé le fait de se promener à cet endroit très bruyant en raison des lignes de tram, longées de surcroît par l’autoroute. C’est également assez oppressant car on se trouve pendant une partie du tronçon coincés entre un mur et les voies de circulation. Cependant, le point positif de ces berges reste la vue dégagée sur les massifs et l’Isère. L’aménagement des berges, tant de l’Isère que du Drac, apparaît comme l’un des enjeux principaux dans l’élaboration de notre sentier métropolitain.

Enfin, lors de notre itinéraire au sein du territoire Isère Aval, j’ai pu observer un phénomène de transformation du bâti et de l’aménagement. Selon moi, on peut observer à travers le sentier effectué une sorte d’évolution entre le passé et le présent, à la manière d’une traversée entre plusieurs époques. En effet, on commence par Sassenage qui est un village très ancien, puis on continue avec un bâti plus résidentiel qui rappelle l’habitat ouvrier ou encore les constructions d’après-guerre, pour enfin terminer sur la presqu’île, là où on retrouve des bâtiments avec un style architectural beaucoup plus moderne. Cette évolution peut également se voir à travers l’aménagement pour les différentes mobilités. Ainsi, le centre historique de Sassenage se caractérise par des routes étroites, parfois sans trottoirs tandis que le reste de la ville dispose de routes adaptées à la taille des voitures, de trottoirs plus larges et omniprésents. De son côté, le polygone scientifique marque l’apparition du tramway et de la multimodalité avec ses avenues composées de trottoirs, de pistes cyclables, de routes et de voies de transport en commun. Notre territoire d’étude possède donc des paysages diversifiés, tant dans l’architecture et dans l’urbanisme que dans l’environnement, tel un contraste entre nature et ville.

Récit de sentier réalisé par Iglesias Justine, Étudiante en Master 1 Design Urbain à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Charlotte Méret Alexandra Czernekova (18 janvier 2022). Récit de sentier de Justine. Chemins urbains. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mple


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search